CROI 2020 – L’association fixe bictégravir- emtricitabine - ténofovir alafénamide est non inférieure aux traitements à base de dolutégravir chez les plus de 50 ans infectés pa le VIH


  • Liz Scherer
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon une étude présentée à la CROI 2020 (Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections), l’efficacité de l’association orale fixe bictégravir- emtricitabine - ténofovir alafénamide (BIC/FTC/TAF) semble être non inférieure à celle d’un régime à base de dolutégravir (association fixe dolutégravir- abacavir- lamivudine DTG/ABC/3TC ou dolutégravir combiné à emtricitabine-ténofovir alafénamide DTG + F/TAF) chez les adultes âgés (50 ans et plus) infectés par le VIH et naïfs de traitement.

Pourquoi est-ce important ?

L’association BIC/FTC/TAF peut représenter une stratégie alternative, sûre et bien tolérée de traitement du VIH chez les personnes de plus de 50 ans. Il a été démontré que les régimes à comprimé unique augmentent les taux d'adhésion.

Résultats clés

Cette analyse a été menée à partir des données poolées de deux études randomisées de phase 3 menées en double aveugle et ayant comparé l’association fixe BIC/FTC/TAF à un traitement par DTG/ABC/3TC, d’une part, et à un traitement par DTG + F/TAF d’autre part. Elle a compilé les données des adultes les plus âgés vivant avec le VIH et naïfs de traitement et a comparé l'innocuité et l'efficacité de ces différents protocoles à la semaine 144.

Au total, 196 patients avaient plus de 50 ans parmi les 1.274 patients ayant participé à l’une des deux études (n=629 et n=645). La plupart étaient des hommes (73%-92%), et environ un tiers (20%-37%) étaient d'origine africaine. À l’inclusion, 80% à 90% des patients avaient un nombre de lymphocytes T CD4+ compris entre 405 et 534 /mL.

À la semaine 144, 81% des patients du groupe BIC/FTC/TAF âgés de plus de 50 ans ont atteint la suppression virologique contre respectivement 83% et 88% des groupes DTG/ABC/3TC et DTG+F/TAF respectivement, démontrant ainsi une non-infériorité de leur efficacité en termes de charge virale indétectable.

Des résultats similaires ont été observés chez les patients âgés de moins de 50 ans (82% BIC/FTC/TAF contre 84% et 83% sous DTG/ABC/3TC et DTG + F/TAF).

Aucune résistance émergente liée au traitement n'a été observée dans les différents groupes de traitement.

En termes d’innocuité, aucun impact cliniquement significatif n’a été observé concernant la tolérance rénale. Une légère baisse de la densité minérale osseuse de la hanche a été néanmoins mesurée dans les groupes BIC/FTC/TAF et DTG/ABC/3TC, de façon comparable chez les plus comme chez les moins de 50 ans. Enfin, le poids corporel médian variait de 3,4 kg à 5,3 kg selon les groupes de patients et les traitements mis en œuvre.

Il n'y avait pas de différence cliniquement significative dans les taux médians de lipides à jeun parmi les personnes âgées de 50 ans et plus.

Financement

Etude sponsorisée par Gilead Sciences, Inc.