CROI 2020 – L'analyse des données chinoises montre un taux de transmission du SARS-CoV-2 revu à la baisse


  • Liz Scherer
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages clés

Les taux de transmission du SARS-CoV-2 pourraient être inférieurs à ceux initialement évalués, selon Zunyou Wu, épidémiologiste du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Pourquoi est-ce important ?

  • Alors qu’ils étaient initialement de 10% au début de l'épidémie, les taux de transmission de l’infection sont rapidement tombés à 3%, mettant en évidence l’importance du diagnostic précoce et des mesures d'isolement.
  • La probabilité de transmission est plus élevée au début de la phase symptomatique, mais diminue ensuite rapidement.
  • Il est conseillé aux personnes infectées par le VIH de disposer de plus de 30 jours de médicaments antirétroviral, et d’établir un plan de soins et de suivi, notamment par télémédecine, pour s’adapter à la situation épidémiologique. Il est recommandé de s’assurer que la vaccination contre le virus de la grippe et contre la pneumonie est à jour.

Résultats clés

La transmission du SARS-CoV-2 en phase présymptomatique semble rare.

L'excrétion virale persiste pendant 7 à 12 jours chez les personnes souffrant de formes légères à modérées mais elle peut durer au-delà de 2 semaines dans les cas graves.

La mise en quarantaine initiale de la population, d'une durée de 10 jours sur l'ensemble de la population chinoise, a permis d’interrompre le cycle de transmission pendant plusieurs semaines, entraînant une forte baisse du nombre de nouveaux cas et des taux de mortalité. Environ 60 millions de personnes ont été confinées dans un «cordon sanitaire» (entrée et sortie restreintes) pendant 50 jours dans la province du Hubei .

Les données manquent actuellement concernant les personnes immunodéprimées, mais le risque de maladie grave est élevé pour les personnes infectées par le VIH qui présentent un nombre de lymphocytes T CD4 faible et une charge virale détectable.

La période d'incubation dure en moyenne de 4 à 6 jours.

La récupération nécessite 2 semaines pour les cas bénins mais 3 à 6 semaines pour les cas les plus graves, la mortalité observée survenant moins de 2 mois après l'apparition des symptômes.

Les symptômes classiquement rencontrés chez les patients chinois hospitalisés étaient la fièvre, la toux sèche, les maux de tête et la fatigue. Les cas totalement asymptomatiques étaient rares.

Les données pédiatriques sont limitées, sans doute du fait d'une sous-notification de ces cas.

Les personnes souffrant d'hypertension artérielle, de diabète, de maladies cardiovasculaires et de maladies respiratoires chroniques ont un risque accru vis-à-vis du nouveau coronavirus.

Le taux de létalité, associée au syndrome de détresse respiratoire aiguë, est estimé entre 0,5% et 3,5%, sachant qu’il est de 5% chez les plus de 60 ans et voisin de 16% au-dessus de 80 ans.

Selon l’épidémiologiste, les manifestations gastro-intestinales sont «probablement des fausses pistes », aucun signe de transmission fécale-orale n’ayant été rapporté malgré le fait que le virus ait été isolé dans les selles.