CROI 2020 – Efficacité d'un test POC rapide d'observance à la PrEP


  • Liz Scherer
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Un test urinaire au chevet du patient (point-of-care POC) permet d’évaluer l'adhésion à la prophylaxie pré-exposition (PrEP) à base de ténofovr avec une précision de 99,6% par rapport aux tests ELISA habituels, selon une étude présentée la semaine dernière à la Conférence sur les rétrovirus et Infections opportunistes (CROI - 2020).

Pourquoi est-ce important ?

  • Lorsqu'ils sont disponibles, des tests rapides POC permettent d’éviter les biais d'auto-évaluation, et de conseiller rapidement les personnes pour améliorer la réduction de la transmission du VIH.

 

Cette étude était une analyse comparative entre un nouveau test d'immunoessai sur bandelettes (Lateral Flow Test) POC visant à évaluer l’adhésion à la PrEP par rapport à la méthode ELISA réalisée conventionnellement en laboratoire (seuil : 1500 ng/mL) à l'aide de 684 échantillons d'urine provenant d'une population de patients recrutée en Afrique et aux États-Unis pour l’évaluation de la PrEP (ténofovir disoproxil/emtricitabine).

Résultats clé s

  • L’étude se fonde sur 684 échantillons d'urine prélevés auprès de 324 participants issus de deux études (y compris des hommes et des femmes hétérosexuels et des femmes trans, âges médians de 31 et 33 ans respectivement dans les deux études).
  • Globalement, 505 échantillons comportant des taux de ténofovir ≥1.500 ng/mL étaient positifs, soit une sensibilité de 100%.
  • Parallèlement, 176 des 179 échantillons négatifs ont également donné des tests négatifs avec la bandelette réactive, donnant une spécificité de 98,3%.
  • La précision globale était de 99,8% par rapport aux test ELISA.
  • Une évaluation randomisée et contrôlée de ce test est désormais nécessaire.

Dans son commentaire, le premier auteur de l‘étude, le docteur Spinelli, a indiqué :« nous pensons que les tests d'adhésion au chevet du patient seront une aubaine pour la PrEP et la lutte contre le VIH (…) Un test négatif, par exemple, indiquerait la nécessité d'un [conseil médical] immédiat; dans le cadre du VIH, une adhésion élevée associée à une charge virale élevée indiqueraient la nécessité d’évaluer l’existence de l’émergence d’une résistance. »