CROI 2019—L’efficacité de l’association CAB+RPV mensuelle est non inférieure à celle de la trithérapie antirétrovirale dans l’étude ATLAS


  • Jim Kling
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La modification du traitement en faveur d’une association de cabotégravir et de rilpivirine à longue durée d’action (CAB + RPV LA), injectée une fois par mois, était non inférieure à une trithérapie antirétrovirale (TTAR) continue pendant 48 semaines dans l’étude ATLAS.

Pourquoi est-ce important ?

  • Si elle était approuvée, l’association serait la première thérapie à longue durée d’action pour le VIH.

Protocole de l’étude

  • L’étude ATLAS a été menée en ouvert : 616 participants ont été affectés de manière aléatoire pour continuer à recevoir une TTAR ou passer à l’association CAB+RPV LA.
  • Les patients avaient un ARN du VIH-1 inférieur à 50 copies/ml depuis au moins 6 mois, et recevaient des traitements incluant 2 INTI + 1 inhibiteur de l’intégrase, 1 inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse ou 1 inhibiteur de la protéase.
  • Financement : Janssen ; GlaxoSmithKline ; ViiV.

Principaux résultats

  • À 48 semaines, 1,6 % des patients du groupe CAB + RPV LA avaient un ARN du VIH supérieur ou égal à 50 copies/ml, contre 1,0 % dans le groupe TTAR continue, ce qui satisfaisait les critères de non-infériorité.
  • À 48 semaines, 93 % des patients du groupe CAB + RPV LA avaient un ARN du VIH inférieur à 50 copies/ml, contre 95 % dans le groupe TTAR continue, ce qui satisfaisait les critères de non-infériorité.
  • Un échappement virologique est survenu chez trois patients sous CAB + RPV LA et quatre patients sous TTAR continue.
  • 75 % du groupe CAB + RPV LA ont présenté une douleur au site d’injection ; en conséquence, 1 % de ce groupe a interrompu le traitement.
  • Événements indésirables de grade 3–4 : CAB + RPV LA, 11 % ; TTAR continue, 7 %.
  • 98 % des participants ayant terminé les 48 semaines de l’étude ont rapporté une plus grande satisfaction avec l’association CAB + RPV LA qu’avec la trithérapie par voie orale.

Limites

  • L’association CAB + RPV LA n’est pas encore approuvée.