Critères prédictifs d’une poussée de polyarthrite rhumatoïde après rémission

  • Ahmad HA & al.
  • Arthritis Res Ther

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Des analyses post-hoc de l’étude AVERT montrent que le score de handicap et l’évaluation de l’atteinte osseuse par IRM constituent des critères prédictifs d’une poussée de polyarthrite rhumatoïde après arrêt du traitement chez des sujets ayant été traités précocement et ayant atteint la rémission. Ces données suggèrent que les données d’IRM pourraient guider la prise en charge des patients polyarthrite rhumatoïde (PR).

 

Pourquoi est-ce important ?

Le traitement précoce de la PR par DMARDs (Disease-Modifying Anti-Rheumatic Drugs) est recommandé pour réduire l’inflammation, les symptômes et minimiser la progression du handicap. L’atteinte de la rémission sans traitement est un objectif commun au patient et au praticien. En pratique clinique, il est intéressant de pouvoir caractériser facilement des sujets susceptibles de bénéficier d’une rémission durable ou au contraire à risque de rechute afin de mieux les suivre.

 

Méthodologie

L’étude AVERT est un essai de phase IIIb, randomisé et contrôlé, de 24 mois, mené chez des adultes ayant une PR diagnostiquée depuis 2 ans ou moins. Les patients ont été initialement traités par méthotrexate et/ou abatacept durant 12 mois en double-aveugle. Puis ceux qui ont atteint la rémission (Disease Activity Score (DAS28) - protéine C réactive <2,6) sont entrés dans une phase de 12 mois au cours de laquelle ils ne recevaient plus aucun traitement. Les facteurs prédictifs d’une poussée de la maladie ont été analysés 6 et 12 mois après l’arrêt du traitement. Le score d’handicap (HAD-DI), la douleur, l’évaluation globale du patient, l’évaluation à l’IRM des synovites, de l’érosion et des œdèmes osseux et les scores d’inflammation (combinant les synovites et l’œdème osseux) ont été évalués. 

 

Principaux résultats

La rémission a été atteinte par 172 patients. Parmi eux, 58% ont eu une poussée de polyarthrite rhumatoïde 6 mois après l’arrêt de tout traitement et 66% après 12 mois. En analyses multivariées, les scores élevés de handicap (HAQ-DI) et d’érosions à l’IRM se sont révélés être des facteurs prédictifs indépendants d’une poussée de polyarthrite rhumatoïde à 6 et 12 mois d’arrêt de traitement.

 

Principales limites

Analyses post-hoc et faible nombre de patients.