Crises de goutte : la colchicine à faible dose n’est pas supérieure au naproxène, mais s’avère plus coûteuse, dans l’essai CONTACT

  • Roddy E & al.
  • Ann Rheum Dis
  • 1 févr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La colchicine à faible dose n’est pas supérieure au naproxène pour le traitement des crises aiguës de goutte, mais elle est plus onéreuse et entraîne davantage d’effets secondaires, selon l’essai randomisé et pragmatique CONTACT.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs de l’étude appuient l’utilisation du naproxène en tant que traitement de première intention pour les crises aiguës de goutte en l’absence de contre-indications.

Protocole de l’étude

  • Un essai pragmatique, randomisé et en ouvert a été mené au sein de 100 cabinets de médecine générale (n = 349) portant sur le naproxène (750 mg, puis 250 mg toutes les 8 heures pendant 7 jours) ou la colchicine (500 µg 3 fois par jour pendant 4 jours).
  • Critère d’évaluation principal : la variation par rapport à l’inclusion concernant la douleur (échelle d’évaluation numérique : 0–10, 10 étant la douleur la plus élevée) au cours des jours 1 à 7.
  • Financement : Institut national britannique pour la recherche en matière de santé (National Institute for Health Research).

Principaux résultats

  • Aucune différence n’a été constatée entre les groupes de la colchicine et du naproxène :
    • au cours des jours 1 à 7, par rapport à l’inclusion :
      • différence moyenne corrigée : -0,18 (P = 0,32) ;
    • à 4 semaines, par rapport à l’inclusion :
      • différence moyenne corrigée : -0,09 (P = 0,68).
  • Taux plus élevé de « tout effet secondaire » avec la colchicine, par rapport au naproxène :
    • 69,2 % contre 60,7 %. 
      • Rapport de cotes (RC) imputé : 1,60 (P = 0,038).
  • Ces effets secondaires comprenaient :
    • Céphalées : 20,5 % contre 10,7 %.
      • RC imputé : 1,92 (P = 0,039).
    • Diarrhée : 45,9 % contre 20,0 %.
      • RC imputé : 3,31 (P 
  • Le taux de constipation était cependant plus faible avec la colchicine : 
    • 4,8 % contre 19,3 %.
    • RC imputé : 0,24 (P 
  • La colchicine était plus coûteuse et moins rentable dans un modèle de propension à payer.

Limites

  • Protocole en ouvert.
  • Aucune évaluation des comorbidités, des crises antérieures ou de l’utilisation de traitements visant à abaisser le taux d’urate.