CPT : l’efficacité de l’IRA à dose élevée n’est pas supérieure dans le cadre de la maladie cN0 pN1a

  • Wei L & al.
  • World J Surg
  • 25 janv. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Univadis Clinical Summaries
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une revue rétrospective suggère qu’un traitement à base d’iode radioactif (IRA) à dose élevée est associé à une fréquence plus élevée d’événements indésirables à court terme et à une réussite du traitement similaire, comparativement à l’IRA à faible dose, chez les patients atteints d’un cancer papillaire de la thyroïde (CPT) cN0, avec une maladie pN1a révélée par un curage ganglionnaire cervical central prophylactique (CGCCp).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le fait de revoir le stade à la hausse à la suite d’un CGCCp est souvent utilisé comme un argument pour adopter un traitement à base d’IRA plus agressif.

Principaux résultats

  • L’IRA à dose élevée et à faible dose était associé à un taux d’ablation similaire (P = 0,7707) et à un taux de réponse similaire (P = 0,6454).
    • P = 0,6681 pour l’ablation et P = 0,3743 pour la réponse, chez les patients présentant une tumeur de moins de 1 cm ;
    • P = 1,0000 pour l’ablation et P = 0,9513 pour la réponse, chez les patients présentant une tumeur supérieure ou égale à 1 cm ;
    • P = 1,000 pour l’ablation et P = 0,9162 pour la réponse, chez les patients à faible risque ;
    • P = 0,6911 pour l’ablation et P = 0,5380 pour la réponse, chez les patients à risque intermédiaire.
  • L’IRA à dose élevée était associé à un taux plus élevé de cervicalgie/gonflement (33,3 % contre 11,9 % ; P = 0,0372) et de gêne gastro-intestinale (45,2 % contre 21,4 % ; P = 0,0373), comparativement à l’IRA à faible dose, 24 heures après l’administration.

Protocole de l’étude

  • 84 patients atteints d’un CPT cN0 pN1a, dont 42 traités par IRA à dose élevée (3 700 MBq) et 42 traités par IRA à faible dose (1 110 MBq), ont été analysés.
  • Financement : Département des sciences et des technologies de la province du Jilin ; Université de Jilin.

Limites

  • Étude rétrospective.
  • Échantillon de patients de petite taille.