CPT à risque élevé : une dose plus élevée d’IRA est associée à un taux de récidive plus faible

  • Gray KD & al.
  • Surgery
  • 28 sept. 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude rétrospective suggère que l’iode radioactif (IRA) à dose élevée est associé à un taux de récidive plus faible que l’IRA à dose intermédiaire chez les patients atteints d’un cancer papillaire de la thyroïde (CPT) à risque élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude plaide contre une réduction de la dose chez les patients à risque élevé, même si les bénéfices d’une dose plus élevée doivent être évalués par rapport aux événements indésirables potentiels.

Principaux résultats

  • L’IRA à dose intermédiaire (dose médiane : 100 mCi) a été associé à un taux de récidive plus élevé, par rapport à l’IRA à dose élevée (dose médiane : 150 mCi ; 36 % contre 20 % ; P = 0,03).
  • Le délai avant récidive a été plus court chez les patients ayant reçu une dose intermédiaire que chez ceux ayant reçu une dose élevée (durée médiane : 0,8 an contre 2,5 ans ; P = 0,03).
  • L’IRA à dose intermédiaire a été associé à des taux plus élevés de métastase des ganglions lymphatiques (30 % contre 12 % ; P = 0,01) et de récidive locale (17 % contre 5 %  ; P = 0,02).
  • Des événements indésirables associés à l’IRA sont survenus chez 0 % des patients ayant reçu une dose intermédiaire et chez 8 % des patients ayant reçu une dose élevée (P = 0,07).

Protocole de l’étude

  • 183 patients atteints d’un CPT classé comme à risque élevé par les recommandations de l’Association américaine de la thyroïde (American Thyroid Association) ont fait l’objet d’un appariement par score de propension afin d’identifier 66 paires de patients ayant des taux similaires d’extension extrathyroïdienne macroscopique, de marges positives, de métastases des ganglions lymphatiques ≥ 3 cm, d’extension extraganglionnaire et de métastases distantes.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Protocole de l’étude rétrospectif.