CPRCm : un test sanguin pourrait permettre de choisir entre un traitement de deuxième intention à base d’ARSi ou de taxanes

  • Scher HI & al.
  • JAMA Oncol
  • 28 juin 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration et métastatique (CPRCm) sans expression de la variante 7 de la protéine d’épissage du récepteur aux androgènes (Androgen Receptor Splice Variant 7, AR-V7) dans les cellules tumorales circulantes ont obtenu une meilleure SG avec des inhibiteurs de la voie de signalisation des récepteurs aux androgènes (Androgen Receptor Signaling Inhibitors, ARSi) qu’avec des taxanes ; cet effet était particulièrement notable chez les patients à risque élevé.
  • Les patients à risque élevé ayant un statut AR-V7 positif ont obtenu un avantage en termes de survie avec les taxanes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une analyse approuvée d’un simple échantillon de sang peut permettre de faire un choix informé entre un traitement à base d’ARSi ou de taxanes pour les patients atteints d’un CPRCm traités en deuxième intention ou en schéma ultérieur.

Protocole de l’étude

  • 142 patients atteints d’un CPRCm ont reçu un traitement systémique à base d’ARSi ou de taxanes en deuxième intention ou en schéma ultérieur.
  • Financement : Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health)/Institut national du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • 70 patients étaient atteints d’une maladie à risque élevé.
  • La SG médiane était significativement plus élevée chez les patients ayant un statut AR-V7 négatif et traités par ARSi, comparativement à ceux traités avec un taxane (19,8 contre 12,8 mois ; RR : 1,67 ; P = 0,05).
  • Chez les patients à risque élevé ayant un statut AR-V7 négatif, le traitement par ARSi était associé à une SG médiane significativement plus longue, comparativement aux taxanes (16,9 contre 9,7 mois ; RR : 2,38 ; P = 0,02).
  • Chez les patients à risque élevé ayant un statut AR-V7 positif, le traitement par ARSi était associé à une SG médiane significativement plus courte, comparativement aux taxanes (5,6 contre 14,3 mois ; RR : 0,35 ; P = 0,03).

Limites

  • Étude observationnelle.