CPRCm : un changement de stéroïde permet d’obtenir une réponse dans une étude espagnole

  • Romero-Laorden N & al.
  • Br J Cancer
  • 21 août 2018

  • Par Antara Ghosh
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm), cliniquement stables, ayant présenté une progression de la maladie limitée sous traitement par acétate d’abiratérone (AA) et prednisone (P), un changement de stéroïde de la P à la dexaméthasone (D) peut permettre d’obtenir une réponse radiologique et du PSA.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un traitement par AA et P est bénéfique pour la plupart des patients atteints d’un CPRCm, mais une résistance finit par survenir.
  • Une utilisation prolongée de P pourrait favoriser la survenue de cette résistance, qu’il serait possible d’inverser en changeant de stéroïde.

Protocole de l’étude

  • L’étude SWITCH a inclus 26 patients (âge médian : 72,6 ans) atteints d’un CPRCm cliniquement stable et ayant présenté une progression du PSA et/ou une progression radiographique limitée après au moins 12 semaines de traitement par AA (1 000 mg une fois par jour) et P (5 mg deux fois par jour).
  • Après la progression, les patients sont passés à un traitement par AA et D (0,5 mg une fois par jour).
  • Financement : Centre national espagnol de recherche sur le cancer.

Principaux résultats

  • 46,2 % des patients ont présenté une baisse du PSA de 30 % ou plus, au moins 6 mois après le passage au traitement par AA et D, et 34,6 % une baisse du PSA de 50 % ou plus, au moins 12 mois après le passage au traitement par AA et D.
  • Après le changement, le délai médian jusqu’à une progression biochimique et radiologique était respectivement de 5,3 mois (IC à 95 % : 3,1–7,5) et de 11,8 mois (IC à 95 % : 6,6–17,1).
  • La SG médiane, à partir du début du traitement par AA et D, était de 20,9 mois (IC à 95 % : 10,0–31,7).
  • 31 % des patients ont présenté au moins un événement indésirable de grades 1–2.
  • Aucun événement indésirable de grades 3–4 n’a été rapporté.
  • Le taux de réponse du PSA (baisse de 50 % ou plus) à un traitement ultérieur par taxane était de 50 %.

Limites

  • Absence de groupe témoin.