CPRCm : les hommes d’origine ethnique noire présentent des chances de survie plus élevées dans les essais cliniques

  • Halabi S & al.
  • J Clin Oncol
  • 21 déc. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une méta-analyse de neuf essais randomisés, les hommes d’origine ethnique noire atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRCm) métastatique, en comparaison aux hommes d’origine ethnique blanche atteints de la même pathologie, présentent un risque de mortalité de 19 % plus faible.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données disponibles sur les disparités raciales chez les hommes atteints d’une maladie au stade avancé sont limitées.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse des données individuelles des participants, issues de 9 essais contrôlés randomisés (ECR) incluant 8 820 hommes atteints d’un CPRCm, traités par docétaxel associé à la prednisone, seuls ou combinés à d’autres traitements, a été réalisée.
  • Financement : Recherche médicale de l’armée américaine (United States Army Medical Research).

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 31 mois.
  • Le taux de mortalité était de 68 % contre 62 % chez les hommes d’origine ethnique noire et blanche, respectivement.
  • Les patients étaient d’origine ethnique blanche à 85 % et d’origine ethnique noire à 6 %.
  • Les patients d’origine ethnique noire étaient plus jeunes, présentaient un score de performance plus faible, des taux de testostérone et de PSA plus élevés, et un taux d’hémoglobine plus faible, par rapport aux patients d’origine ethnique blanche.
  • La SG médiane était de 21,0 mois et de 21,2 mois chez les hommes d’origine ethnique noire et blanche, respectivement.
  • Les hommes d’origine ethnique noire présentaient un risque significativement plus faible de décès :
    • globalement (RC combiné : 0,81 ; P 
    • dans les essais du Réseau national américain et canadien des essais cliniques (National Clinical Trials Network, NCTN ; RC combiné : 0,76 [IC à 95 % : 0,66–0,88]) ;
    • chez les patients traités par docétaxel + prednisone (RC combiné : 0,79 [IC à 95 % : 0,67–0,93]) ;
    • chez les patients affectés au groupe docétaxel + prednisone dans les essais du NCTN (RC combiné : 0,71 (IC à 95 % : 0,58–0,87).

Limites

  • Il se peut que ces résultats ne puissent pas être généralisés.