CPRCm : la double inhibition n’améliore pas la SSP après le traitement par enzalutamide dans l’essai PLATO

  • Attard G & al.
  • J Clin Oncol
  • 20 juil. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm) progressant sous enzalutamide, l’association d’acétate d’abiratérone et de prednisone avec de l’enzalutamide n’apporte aucun bénéfice en termes de SSP et augmente l’hypertension ainsi que les enzymes hépatiques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une étude démontre que l’association de l’enzalutamide et d’acétate d’abiratérone ne réinstaure pas la sensibilité à l’antagonisme du récepteur de l’androgène pour traiter les patients présentant un PSA accru sous traitement par enzalutamide.

Protocole de l’étude

  • Essai PLATO : 251 patients atteints d’un CPRCm ayant reçu de l’enzalutamide ont été affectés de manière aléatoire après la progression confirmée du PSA pour recevoir un traitement par acétate d’abiratérone et prednisone associé à de l’enzalutamide (groupe association ; n = 126) ou à un placebo (n = 125).
  • Financement : Medivation, une société Pfizer ; et Astellas Pharma.

Principaux résultats

  • La SSP médiane n’était pas nettement différente entre le groupe association et le groupe placebo (5,7 contre 5,6 mois ; RR : 0,83 ; P = 0,22).
  • Dans les analyses exploratoires :
    • Le délai médian jusqu’à la progression du PSA était de 2,8 mois dans les deux groupes (RR : 0,87 ; P = 0,45).
    • 1 % des patients sous traitement d’association et 2 % des patients sous placebo ont présenté une réduction d’au moins 50 % du PSA.
  • 45 % des patients du groupe association et 37 % du groupe placebo ont présenté des toxicités de grade 3 ou supérieur ; les toxicités les plus fréquentes étaient l’hypertension (10 % contre 2 %), l’augmentation de l’alanine transaminase (6 % contre 2 %) ainsi que de l’aspartate transaminase (2 % contre 0 %).

Limites

  • Les interactions médicamenteuses n’ont pas été rapportées.