CPRCm : l’ajout de custirsen échoue dans l’essai de phase III AFFINITY

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Le custirsen n’améliore pas la survie des patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm) dont la maladie a progressé après le traitement par docétaxel.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le custirsen bloque la protéine clustérine, associée à la résistance au traitement. 
  • L’analyse post hoc de l’essai SYNERGY a rapporté des bénéfices en termes de survie en lien avec l’association de docétaxel en première intention et de custirsen.

Conception de l’étude

  • Étude de phase III AFFINITY menée auprès de 635 patients atteints d’un CPRCm affectés de manière aléatoire pour recevoir une association de cabazitaxel, de prednisone et de custirsen (n = 317) ou une association de cabazitaxel et de prednisone (groupe témoin ; n = 318).
  • Financement : OncoGenex Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • La SG globale n’était pas différente entre les deux groupes (P = 0,53).
  • Chez les patients présentant un mauvais pronostic, la SG était similaire dans les deux groupes (P = 0,80).
  • 76 % des patients du groupe recevant le custirsen, contre 66 % du groupe témoin, ont présenté des événements indésirables de grades 3 ou supérieurs ; les plus fréquents étaient la neutropénie (22 % contre 20 %), l’anémie (22 % contre 16 %) et la fatigue (7 % contre 6 %).

Limites

  • Étude en ouvert.