CPRC : l’enzalutamide permet de maintenir la QdVLS dans l’étude PROSPER

  • Tombal B & et al
  • Lancet Oncol
  • 12 févr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) non métastatique, l’enzalutamide maintient un niveau de douleur faible et de bons scores de QdV liée à la santé (QdVLS) à l’inclusion.
  • L’enzalutamide retarde la progression de la douleur et l’aggravation des symptômes urinaires et intestinaux.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’enzalutamide a prolongé la survie sans métastase dans le cadre de l’étude PROSPER.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit des résultats rapportés par les patients provenant de l’étude PROSPER.
  • 1 401 hommes atteints d’un CPRC non métastatique et présentant un temps de doublement du PSA inférieur ou égal à 10 mois ont fait l’objet d’un traitement par privation androgénique associé à de l’enzalutamide ou à un placebo.
  • Financement : Astellas Pharma, Inc.

Principaux résultats

  • Durée de suivi médiane : 18,5 mois dans le groupe enzalutamide ; 15,1 mois dans le groupe placebo.
  • Inventaire abrégé de la douleur (Brief Pain Inventory Short Form) :
    • Les scores moyens sont restés stables et étaient similaires à chacune des étapes d’évaluation.
    • Le délai jusqu’à la progression de la douleur était plus long avec l’enzalutamide (P = 0,028).
  • Questionnaire sur la qualité de vie de l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (European Organisation for Research and Treatment of Cancer Quality of Life Questionnaire) :
    • Les scores moyens des symptômes sont restés stables et étaient similaires, sauf aux semaines 65 et 81, où le score des symptômes urinaires était significativement meilleur avec l’enzalutamide (P = 0,028 et 0,0251, respectivement).
  • Évaluation fonctionnelle du traitement du cancer de la prostate (Functional Assessment of Cancer Therapy-Prostate) :
    • Les scores moyens étaient similaires (P = 0,184).
  • Échelle visuelle analogique du questionnaire de santé EuroQoL à cinq dimensions et à cinq niveaux :
    • Les scores moyens sont restés stables et étaient similaires entre les groupes, sauf aux semaines 65 et 81 (P = 0,024 et 0,022, respectivement, en faveur de l’enzalutamide).
    • Le délai jusqu’à l’aggravation des symptômes urinaires et intestinaux était significativement plus long avec l’enzalutamide.

Limites

  • Absence de données après l’arrêt du traitement.