CPRC : l’enzalutamide à faible dose constitue une option plus sûre chez les patients plus âgés

  • Vinh-Hung V & et al.
  • Clin Genitourinary Cancer
  • 7 avr. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’enzalutamide à faible dose permet d’obtenir un taux de réponse et une survie sans progression (SSP) comparables à ceux obtenus avec une dose standard chez les patients naïfs de chimiothérapie âgés de 75 ans ou plus et atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) métastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients inclus dans les essais cliniques étaient plus jeunes et présentaient un bon score d’état général et un faible score de douleur.
  • Les patients âgés peuvent retirer un bénéfice de l’enzalutamide à faible dose, sans les toxicités associées à la dose standard.

Protocole de l’étude

  • 59 patients (âge : 75 ans et plus) atteints d’un CPRC métastatique ont été évalués.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué. 

Principaux résultats

  • 16 patients ont reçu un traitement à faible dose (80 mg/jour ou moins) et 43 ont reçu la dose standard.
  • Les patients ayant reçu un traitement à faible dose avaient quatre ans de plus (P = 0,010) et présentaient un score d’état général du Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group, ECOG) moins favorable (P = 0,058).
  • 27 % des patients présentaient un score de douleur supérieur à 3/10, 56 % présentaient un score d’état général de l’ECOG supérieur ou égal à 2, et aucun n’avait reçu une chimiothérapie.
  • À 12 semaines, 66,7 % des patients du groupe à faible dose présentaient une baisse du taux d’antigène prostatique spécifique (Prostate-Specific Antigen, PSA) d’au moins 50 %, contre 45,0 % dans le groupe recevant la dose standard (P = 0,152).
  • La SSP médiane était similaire entre les 2 groupes (11,2 mois, contre 11,9 mois ; P = 0,612).

Limites

  • Protocole rétrospectif.