CPPC : une détection précoce par TDMFD n’a aucun impact sur le stade ou la survie

  • Thomas A & al.
  • Chest
  • 3 août 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une détection précoce par TDM à faible dose (TDMFD) ne semble pas avoir un impact sur le stade de la tumeur au moment du diagnostic ou sur la survie spécifique au cancer chez les patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (CPPC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il existe un besoin urgent de trouver de meilleures méthodes de dépistage pour le CPPC.

Protocole de l’étude

  • Analyse secondaire de 26 722 individus à haut risque de l’essai de dépistage national du poumon.
  • Le CPPC était défini comme détecté par dépistage s’il était diagnostiqué dans l’année suivant un dépistage positif, ou après un plus long laps de temps, mais sans délai supérieur à un an entre les actes diagnostiques ; il était défini comme détecté dans l’intervalle s’il était diagnostiqué dans l’année suivant un dépistage négatif ; et il était défini comme non détecté par dépistage si le sujet n’avait fait l’objet d’aucun dépistage ou comme hors phase de dépistage pour les autres cas.
  • Financement : NIH.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 6,5 ans.
  • 34,2 % de 143 cas de CPPC ont été détectés par dépistage, 10,5 % ont été détectés dans l’intervalle, et 55,2 % ont été non dépistés/hors phase de dépistage.
  • 86 % des 143 cas de CPPC étaient de stade avancé (III/IV) et le mode de détection ne semblait pas avoir d’impact sur le stade au moment du diagnostic.
    • 80 % des cancers détectés par dépistage étaient de stade avancé ;
    • 86 % des cancers détectés dans l’intervalle étaient de stade avancé ; et
    • 90 % des cancers non dépistés/hors phase de dépistage étaient de stade avancé.
  • Aucune différence significative n’a été identifiée au niveau du taux de survie spécifique au cancer à trois ans entre les cancers détectés par dépistage (15,3 %) et les cancers non dépistés/hors phase de dépistage (13,8 % ; P = 0,35 ; les cas de cancers détectés dans l’intervalle étaient trop peu nombreux pour être inclus dans l’analyse statistique).

Limites

  • Aucune valeur de P n’a été fournie pour les différents types de détection et le stade au moment du diagnostic.