CPPC-SL : une maladie située du côté gauche est associée à une plus grande mortalité cardiaque

  • Verma V & al.
  • Radiother Oncol
  • 19 juin 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules de stade limité (CPPC-SL) dont la maladie est située du côté gauche présentent un taux significativement plus élevé de mortalité cardiaque (MC), comparativement à ceux dont la maladie est située du côté droit.
  • Chez les patients dont la maladie est située du côté droit, la radiothérapie (RT) était associée à une meilleure survie cardiaque ; cependant, la RT avait l’effet inverse en cas de maladie située du côté gauche.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données concernant la toxicité cardiaque chez les patients atteints d’un CPPC-SL sous radiothérapie font défaut.

Protocole de l’étude

  • 19 692 patients atteints d’un CPPC-SL provenant de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 41 % des patients présentaient une maladie située du côté gauche et 59 % du côté droit.
  • 7,8 % des décès étaient de nature cardiaque dans les 3 ans suivant le diagnostic initial, 5,0 % à 3–4 ans, et 7,2 % à 4–5 ans.
  • Dans l’ensemble, la mortalité globale des patients présentant une maladie située du côté gauche était similaire à celle des patients présentant une maladie située du côté droit, mais la MC était significativement plus élevée (3,3 % contre 2,6 % ; P = 0,004 ; RR pour la MC : 1,27 ; IC à 95 % : 1,08–1,50).
  • Chez les patients présentant une maladie située du côté droit, ceux ayant fait l’objet d’une RT avaient une meilleure survie cardiaque, comparativement à ceux sans RT (P 
  • Chez les patients présentant une maladie située du côté gauche, ceux ayant fait l’objet d’une RT avaient une moins bonne survie cardiaque, comparativement à ceux sans RT (P 
  • À l’analyse multivariée de Cox, le risque de MC était plus important chez les patients présentant une maladie située du côté gauche (RR : 1,26 ; IC à 95 % : 1,07–1,50).

Limites

  • L’étude ne peut pas confirmer le lien de causalité entre la RT et la MC.