CPPC : les patients âgés survivent plus longtemps avec un traitement agressif

  • Clin Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients âgés de 80 ans ou plus qui font l’objet d’un traitement plus agressif pour un cancer du poumon à petites cellules (CPPC) ont obtenu une amélioration de la survie, comparativement à ceux ayant fait l’objet d’une chimiothérapie seule, d’un traitement local seul ou n’ayant reçu aucun traitement.
  • Près d’un tiers des patients n’ont reçu aucun traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients âgés représentent une population de plus en plus importante parmi les cas de CPPC, mais les données concernant le traitement et les résultats de ces patients sont insuffisantes, car ils sont rarement inclus dans les essais cliniques.

Protocole de l’étude

  • 146 patients qui avaient 80 ans ou plus au moment du diagnostic de CPPC, issus de la base de données sur le cancer du poumon d’un établissement, ont été analysés.
  • Financement : Aucun.

Principaux résultats

  • 32 % des patients étaient atteints d’un CPPC de stade limité, et 68 % d’une maladie de stade étendu.
  • 30 % des patients n’ont reçu aucun traitement, 44,5 % ont fait l’objet d’une chimiothérapie seule, 18,5 % d’une chimiothérapie associée à une radiothérapie et/ou une chirurgie (traitement local), et 7 % d’un traitement local seul.
  • La SG médiane de l’ensemble de la cohorte était de 5,4 mois.
  • Une analyse multivariée a révélé que le stade de la maladie (P = 0,011), l’indice de performance (P = 0,029) et le choix du traitement (P 
  • La SG médiane était de 1,3 mois en l’absence d’un traitement actif, de 6 mois dans le cas d’un traitement local seul, de 7,2 mois dans le cas d’une chimiothérapie seule, et de 14,4 mois dans le cas d’une chimiothérapie associée à un traitement local.
  • Après l’analyse multivariée, seul le choix du traitement demeurait significatif pour la survie chez les patients atteints d’une maladie de stade limité (P = 0,0001) et de stade étendu (P 

Limites

  • Étude rétrospective.