CPPC : la RCT permet d’obtenir une meilleure SG dans le cas de la maladie de stades I–II, comparativement à la maladie de stade III

  • JAMA Oncol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (CPPC) de stades I–II obtiennent une SG et une survie sans progression (SSP) significativement meilleures après une radiochimiothérapie (RCT) que les patients atteints d’une maladie de stade III.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats pourraient aider les cliniciens et les patients atteints d’un CPPC à choisir le traitement le plus approprié.

Protocole de l’étude

  • Une analyse secondaire post hoc de l’essai de phase III randomisé multicentrique CONVERT a été réalisée.
  • 509 patients (4 de stade I, 82 de stade II et 423 de stade III) ont reçu une RCT deux fois par jour (45 Gy en 30 fractions) ou une fois par jour (66 Gy en 33 fractions), ainsi qu’une irradiation crânienne prophylactique, si indiquée.
  • Financement : Comité consultatif et bourses de recherche pour les essais cliniques du centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni (Cancer Research UK Clinical Trials Awards and Advisory Committee) et autres.

Principaux résultats

  • Parmi les patients de stades I–II, 40,7 % ont reçu une radiothérapie (RT) deux fois par jour et 59,3 % ont reçu une RT une fois par jour. La SG était similaire entre les deux bras (P = 0,38).
  • La SG médiane était de 50 mois dans le cas de la maladie de stades I–II et de 25 mois dans le cas de la maladie de stade III (RRmortalité : 0,60 ; P = 0,001).
  • Comparativement à la maladie de stade III, les patients atteints d’un CPPC de stade II ont obtenu :
    • une meilleure SG à deux ans (64 % contre 51 %) et à cinq ans (49 % contre 28 %) ;
    • une meilleure SSP médiane locale (38 mois contre 17 ; P = 0,003) et métastatique (40 mois contre 16 ; P 

Limites

  • Petit nombre de patients de stades I–II.