CPPC : la chirurgie permet d’obtenir un avantage de survie dans une méta-analyse

  • Liu T & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2018

  • de Kelli Whitlock Burton
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement reposant sur la chirurgie permet d’obtenir une meilleure SG chez les patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (CPPC), bien que la lobectomie offre de meilleurs résultats que la résection sous-lobaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucun consensus n’existe concernant la chirurgie chez les patients atteints d’un CPPC de stade II et de stade IIIA.
  • En se basant principalement sur des résultats issus d’essais contrôlés randomisés (ECR) menés il y a 20 ans, la majorité des cliniciens ne recommandent historiquement pas une chirurgie dans le cas du CPPC.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 15 articles portant sur 41 483 patients atteints d’un CPPC, qui ont fait l’objet d’un traitement reposant sur la chirurgie (n = 4 970) ou d’un traitement non chirurgical (TNC ; n = 36 513).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Une différence statistiquement significative a été identifiée au niveau de la SG entre les groupes chirurgie et TNC, dans le cadre d’une analyse combinée d’études rétrospectives (RR : 0,56 ; P 
  • Une SG significativement moins bonne a été obtenue avec la résection sous-lobaire, comparativement à la lobectomie (RR : 0,64 ; P 
  • La chirurgie était associée à une amélioration significative de la SG chez les patients atteints d’une maladie de stade I–III (RR pour le stade I : 0,56 [P 

Limites

  • Seuls deux essais cliniques randomisés ont été inclus dans l’analyse.