CPNPC : une RTSC à dose élevée prolonge la survie dans le cadre de la maladie de stade II

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une dose biologique efficace (DBE) de radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC) plus élevée a permis d’améliorer la SG de patients atteints d’un CPNPC de stade II, à ganglions négatifs (N0), mais pas de ceux atteints d’une maladie à ganglions positifs (N1).

Pourquoi est-ce important ?

  • La RTSC a démontré un bénéfice de survie dans le cadre du CPNPC de stade I, mais elle est rarement utilisée dans le cadre de la maladie de stade II.

Protocole de l’étude

  • 56 543 patients atteints d’un CPNPC de stade II, issus de la base de données nationale sur le cancer (National Cancer Database), ont été analysés.
  • La durée de suivi médiane était de 19,3 mois.
  • Financement : Aucun.

Principaux résultats

  • 451 patients (0,8 %) ont fait l’objet d’une RTSC.
  • Parmi eux, 79,8 % étaient atteints d’une maladie N0, et 20,2 % d’une maladie N1.
  • 92,7 % des patients ayant fait l’objet d’une RTSC se sont vu prescrire une DBE10 supérieure ou égale à 100 Gy, et 28,4 % ont reçu une DBE10 supérieure ou égale à 114,9 Gy.
  • Dans l’ensemble, la SG médiane était plus longue chez les patients ayant reçu une DBE10 supérieure ou égale à 114,9 Gy, comparativement à une DBE10 inférieure à 114,9 Gy (31,5 mois contre 22,4 mois ; P = 0,036).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG entre les patients ayant reçu une DBE10 supérieure ou égale à 100 Gy et ceux ayant reçu une DBE10 inférieure à 100 Gy.
  • La mortalité à 30 jours après la RTSC était similaire entre les groupes.
  • Une dose de RTSC correspondant à une DBE10 supérieure ou égale à 114,9 Gy était associée à une amélioration de la SG (RRc : 0,72 ; P = 0,037).
  • Chez les patients N0, l’amélioration de la survie était associée à une augmentation de la DBE10 comme variable continue (RRc : 0,991 ; P = 0,0009), et à une DBE10 supérieure ou égale à 114,9 Gy comme variable dichotomique (RRc : 0,63 ; P = 0,015).

Limites

  • Étude rétrospective.