CPNPC : une pneumonie liée aux inhibiteurs du point de contrôle immunitaire décelée chez 19 % des patients

  • Suresh K & al.
  • J Thorac Oncol
  • 26 sept. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dix-neuf pour cent des patients atteints d’un CPNPC et traités par des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (Immune Checkpoint Inhibitors, ICI) ont développé une pneumonie liée aux inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (Checkpoint Inhibitor Pneumonitis, CIP).
  • La CIP était plus fréquente chez les patients ayant reçu un traitement d’association par ICI et chez ceux ayant une tumeur d’histologie épidermoïde ou d’autres histologies non adénocarcinomes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données issues de la pratique indiquent une incidence de CIP bien plus élevée en comparaison à ce qui a été rapporté dans le cadre d’essais cliniques où l’incidence était comprise entre 3 % et 5 %.

Protocole de l’étude

  • 205 patients atteints d’un CPNPC ont reçu un traitement par ICI.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 19 % des patients ont développé une CIP.
  • L’incidence de CIP était plus élevée chez les femmes (rapport des taux d’incidence [RTI] : 1,34 ; IC à 95 % : 0,67–2,66), bien que les résultats n’aient pas été significatifs.
  • L’incidence de CIP a été significativement plus élevée chez les patients ayant une histologie épidermoïde (RTI : 2,29 ; IC à 95 % : 1,08–4,83) ou une autre histologie non adénocarcinome (RTI : 4,32 ; IC à 95 % : 1,24–12,19).
  • La CIP était plus probable chez les patients ayant reçu un traitement d’association par ICI (RC : 1,72 ; IC à 95 % : 0,80–3,67).
  • Sévérité de la CIP : grade ≤ 2, 35,8 % ; grade 3, 43,5 % ; grade 4, 5,1 % ; grade 5, 12,8 % ; grade inconnu, 2,5 %.
  • La CIP s’est améliorée ou s’est résolue chez 56,4 % des patients traités par stéroïdes à dose élevée.
  • Après une analyse multivariée, l’adénocarcinome a été associé de manière significative à un risque plus faible de CIP (RC : 0,38 ; IC à 95 % : 0,17–0,82).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.