CPNPC : une étude identifie des facteurs de risque de pneumopathie inflammatoire liée aux IPCI

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • 13,2 % des patients atteints d’un CPNPC et traités par inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (IPCI) ont présenté une pneumopathie inflammatoire de tout grade.
  • La présence d’une pneumopathie interstitielle diffuse (PID) préexistante et l’absence de métastases extrathoraciques étaient associées à une incidence accrue de pneumopathie inflammatoire liée aux IPCI.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien qu’elle soit rare, la pneumopathie inflammatoire liée aux IPCI peut être fatale.

Protocole de l’étude

  • 167 patients atteints d’un CPNPC ont reçu des IPCI.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 13,2 % des patients ont présenté une pneumopathie inflammatoire de tout grade liée aux IPCI.
  • Ceux atteints d’une pneumopathie inflammatoire étaient plus susceptibles d’avoir plus de 70 ans (54,5 % contre 30,3 % ; P = 0,025) et de présenter une PID (18,2 % contre 2,8 % ; P = 0,002), que ceux sans pneumopathie inflammatoire.
  • Il y avait moins de patients présentant une maladie métastatique extrathoracique dans le groupe avec pneumopathie inflammatoire que dans le groupe sans pneumopathie inflammatoire (31,8 % contre 58,6 % ; P = 0,019).
  • L’analyse multivariée a révélé que la présence d’une PID préexistante (RC : 6,03 ; IC à 95 % : 1,19–30,45) était associée à une incidence significativement plus élevée de pneumopathie inflammatoire liée aux IPCI, et que la présence de métastases extrathoraciques (RC : 0,34 ; IC à 95 % : 0,13–0,92) était associée à une incidence significativement plus faible de pneumopathie inflammatoire liée aux IPCI.
  • Une pneumopathie inflammatoire de tout grade est survenue plus fréquemment chez les patients sous pembrolizumab que chez ceux sous nivolumab (16,3 % contre 12,6 %).
  • La pneumopathie inflammatoire est survenue après une médiane de 3 expositions aux IPCI, et le délai médian entre l’exposition initiale aux IPCI et l’apparition de la pneumopathie inflammatoire était de 54,5 jours.

Limites

  • Étude rétrospective, monocentrique avec un échantillon de petite taille.