CPNPC prétraité : le statut de KRAS n’a aucun impact sur l’efficacité du nivolumab

  • Passiglia F & al.
  • Br J Cancer
  • 31 oct. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un CPNPC non épidermoïde avancé, préalablement traité, le statut de mutation KRAS positif n’avait aucun effet significatif sur les critères d’évaluation de l’efficacité essentiels, mais il était associé à un risque accru de toxicité de grades 3–4.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les mutations KRAS sont les mutations oncogéniques les plus fréquentes dans ce contexte ; elles sont présentes dans environ 30 % des cas de CPNPC non épidermoïde.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer le nivolumab chez 530 patients atteints d’un CPNPC avancé préalablement traité ; 206 présentaient une mutation KRAS et 324 ne présentaient pas de mutation KRAS.
  • Les données ont été obtenues à partir de patients ayant reçu du nivolumab par le biais du programme d’accès étendu (PAE) italien entre 2015 et 2017.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Le suivi médian était de 8,0 (intervalle : 0,1–25,9) et de 7,4 mois (intervalle : 0,2–27,4) chez les patients présentant une mutation KRAS et chez ceux ne présentant pas de mutation KRAS, respectivement.  
  • Les résultats principaux chez les patients présentant une mutation KRAS et chez ceux ne présentant pas de mutation KRAS, respectivement, étaient les suivants :
    • Taux de réponse objective (TRO) : 20 % contre 17 % (P = 0,39).
    • Taux de contrôle de la maladie (TCM) : 47 % contre 41 % (P = 0,23).
    • SSP médiane : 4 mois (IC à 95 % : 3,6–4,4) contre 3 mois (IC à 95 % : 3,6–4,4 ; P = 0,56).
    • SG médiane : 11,2 mois (IC à 95 % : 9,3–13,1) contre 10 mois (IC à 95 % : 9,3–13,1 ; P = 0,86).
  • Une association significative a été identifiée entre le statut de mutation KRAS positif et les toxicités de grades 3–4 (RC : 2,25 ; IC à 95 % : 1,14–4,44 ; P = 0,02).

Limites

  • Données rétrospectives.