CPNPC précoce : la SABR entraîne un taux de RpC de 60 % dans l’étude MISSILE

  • Palma DA & al.
  • JAMA Oncol
  • 21 févr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) de stade I qui ont fait l’objet d’une radiothérapie stéréotaxique d’ablation (Stereotactic Ablative Radiotherapy, SABR) ont présenté une réponse pathologique complète (RpC) de 60 %.
  • Les patients ayant fait l’objet d’une chirurgie après une SABR avaient un taux similaire d’événements indésirables sans mortalité périopératoire.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RpC était inférieure aux prévisions, mais plus élevée que celle rapportée auparavant dans le cadre d’autres cancers, et supérieure aux taux rapportés pour l’immunothérapie.

Protocole de l’étude

  • L’étude MISSILE a été menée auprès de 40 patients atteints d’un CPNPC de stade I ayant fait l’objet uniquement d’une SABR (n = 4) ou d’une SABR associée à une chirurgie (n = 36).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La RpC était de 60 % (IC à 95 % : 44–76 %) à une durée moyenne de 10 semaines après la SABR.
  • Pas de mortalité postopératoire à 30 et 90 jours ; le taux de mortalité était de 15 % et le taux de récidive de 23 % à une durée médiane de 19 mois.
  • Les taux de récidive régionale uniquement, de récidives régionale et distante et de récidives locale et distante étaient de 8 %, 13 % et 3 %, respectivement.
  • Parmi les patients ayant uniquement fait l’objet de la SABR, le taux de SG à 2 ans était de 75 % (IC à 95 % : 48–89 %), le taux de contrôle local de 96 % (IC à 95 % : 72–99 %), le taux de contrôle régional de 56 % (IC à 95 % : 26–77 %) et le taux de contrôle distant de 72 % (IC à 95 % : 45–87 %).
  • Parmi les patients ayant fait l’objet de la chirurgie, le taux de SG à 2 ans était de 77 % (IC à 95 % : 48–91 %), le taux de contrôle local de 100 % (IC à 95 % : non défini), le taux de contrôle régional de 53 % (IC à 95 % : 22–76 %) et le taux de contrôle distant de 76 % (IC à 95 % : 45–91 %).
  • Les événements indésirables étaient similaires entre les groupes.

Limites

  • Essai de phase II à groupe unique.