CPNPC précoce : la RTSC offre un avantage en termes de survie, comparativement aux procédures d’ablation

  • J Natl Compr Canc Netw

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) de stade précoce inopérable, qui ont fait l’objet d’une radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC), ont obtenu une amélioration de la SG, comparativement aux patients ayant fait l’objet de procédures d’ablation thermique (PAT), telles que l’ablation au laser/la cryoablation et l’électrocautérisation.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RTSC constitue le traitement de première intention recommandé dans le cadre du CPNPC de stade précoce inopérable, et bien que des PAT n’impliquant pas de rayonnements ionisants soient disponibles pour certains patients, les comparaisons entre ces deux modalités de traitement sont insuffisantes.

Protocole de l’étude ;

  • 27 734 patients atteints d’un CPNPC de stade précoce et n’ayant fait l’objet d’aucune résection chirurgicale ont été identifiés dans la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database).
  • La durée de suivi médiane était de 26,7 mois.
  • Financement : NIH.

Principaux résultats

  • 96 % des patients ont fait l’objet d’une RTSC et 4 % de PAT.
  • La mortalité à 30 et à 90 jours était de 0,01 % et 0,5 % avec la RTSC, respectivement, contre 0,7 % et 3,8 % avec les PAT.
  • La SG médiane était de 37,7 mois avec la RTSC, contre 33,5 mois avec les PAT (P = 0,001), et elle était significativement plus longue avec la RTSC à 1 an (86,7 % contre 83,1 %), à 2 ans (67,5 % contre 62,7 %) et à 5 ans (30,6 % contre 26,9 % ; P = 0,001).
  • Le bénéfice de SG associé à la RTSC s’est maintenu après l’appariement selon les scores de propensions de 987 paires de patients (P = 0,0033).

Limites

  • Étude rétrospective sans lien de causalité démontré.