CPNPC précoce : la résection sous-lobaire est inférieure à la lobectomie pour les tumeurs volumineuses

  • Stiles BM & al.
  • Eur J Cardiothorac Surg
  • 5 juin 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La résection sous-lobaire (RSL) pour les tumeurs volumineuses du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) de stade I, sans atteinte ganglionnaire (N0), a été associée à une augmentation de 27 % de la mortalité toutes causes confondues et de 57 % de la mortalité spécifique au cancer.
  • Cependant, les auteurs de l’étude suggèrent que le taux élevé de survie spécifique au cancer lié à la RSL pourrait en faire une option pertinente pour les patients à haut risque présentant des tumeurs N0 volumineuses, soigneusement stadifiées.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RSL est utilisée dans 31 % des cas de résection chirurgicale pour les cancers du poumon sans atteinte ganglionnaire sur le plan clinique, malgré l’absence de données issues d’essais cliniques randomisés comparant les résultats oncologiques et la lobectomie.

Protocole de l’étude

  • Selon les bases de données du registre Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results) et de Medicare, 4 582 patients atteints d’un CPNPC et présentant des tumeurs N0 de stade I, d’une taille supérieure à 2 cm jusqu’à 5 cm, ont fait l’objet d’une RSL (n = 692) ou d’une lobectomie (n = 3 890).
  • 681 paires de patients ont été appariées selon les scores de propension.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Après l’appariement, le groupe RSL était plus susceptible de ne pas avoir de prélèvement au niveau des ganglions lymphatiques (44,1 % contre 7,5 % ; P 
  • Après l’appariement selon les scores de propension, le groupe lobectomie présentait une meilleure SG à 5 ans (47 % contre 37 % ; P 
  • La RSL était associée à un risque accru de mortalité toutes causes confondues (rapport de risque [RR] : 1,27 ; P = 0,001) et de mortalité spécifique au cancer (RR : 1,57 ; P = 0,008).

Limites

  • Protocole rétrospectif.