CPNPC : les tumeurs du segment médian du lobe droit du poumon sont associées à une moins bonne SG

  • Ann Thorac Surg

  • de Kelli Whitlock Burton
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un CPNPC dans le segment médian du lobe droit se portent moins bien que les patients présentant des tumeurs situées dans d’autres emplacements.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients présentant des tumeurs dans le segment médian étaient également plus susceptibles de présenter une métastase médiastinale.

Conception de l’étude

  • 711 patients atteints d’un CPNPC de stade I ont fait l’objet d’une lobectomie ou d’une bilobectomie avec dissection systémique des ganglions lymphatiques, et ont été suivis pendant une durée médiane de 52,3 mois.
  • Financement : non communiqué.

Principaux résultats

  • Parmi les patients présentant des tumeurs dans le lobe droit, 39 patients présentaient des tumeurs dans le segment médian et 43 patients présentaient des tumeurs dans le segment latéral.
  • La SG et la SSR à cinq ans étaient similaires chez les patients présentant des tumeurs dans le lobe moyen droit et ceux présentant des tumeurs dans les autres lobes (79,7 % contre 82,2 % ; P = 0,23 et 67,0 % contre 71,4 % ; P = 0,19, respectivement).
  • Les patients présentant des tumeurs dans le segment médian avaient une SG et une SSR à cinq ans nettement moins bonnes, par rapport à ceux présentant des tumeurs dans le segment latéral (69,8 % contre 87,6 % ; P = 0,040 et 58,4 % contre 73,0 % ; P = 0,029, respectivement).
  • Le pronostic était nettement moins bon pour les patients présentant des tumeurs du segment médian, par rapport à des tumeurs situées dans d’autres lobes (SG à cinq ans : 69,8 % contre 82,2 % ; P = 0,020 et SSR à cinq ans : 58,4 % contre 71,4 % ; P = 0,0071).
  • La métastase des ganglions lymphatiques médiastinaux était plus fréquente chez les patients présentant des tumeurs du segment médian, par rapport à ceux présentant des tumeurs du segment latéral (12,8 % contre 2,3 % ; P = 0,097).

Limites

  • Étude rétrospective.