CPNPC : les tumeurs antérieures ont un effet variable sur la survie

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les antécédents de cancer ont un effet sur la survie chez les patients atteints d’un CPNPC nouvellement diagnostiqué, mais cet effet varie selon le stade du CPNPC.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les essais cliniques portant sur le CPNPC excluent souvent les patients présentant des antécédents de cancer, ce qui contribue au manque de données concernant l’effet des tumeurs antérieures sur les résultats des patients atteints d’un CPNPC nouvellement diagnostiqué.

Protocole de l’étude

  • 821 323 patients adultes âgés de 20 à 89 ans, issus de la base de données nationale sur le cancer (National Cancer Database) et atteints d’un CPNPC invasif de stade I à IV diagnostiqué entre 2004 et 2014, ont été analysés.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Dans l’ensemble, 21,9 % ne présentaient aucun antécédent de cancer, mais la prévalence a augmenté de 19,1 % à 23,5 % au cours de la période de l’étude.
  • Les patients atteints d’un CPNPC qui présentaient des antécédents de cancer ont obtenu une SG à cinq ans non ajustée légèrement plus élevée (9,8 % contre 9,5 % ; P 
  • Les antécédents de cancer étaient associés à une SG moins élevée chez les patients atteints d’un CPNPC de stade I (42,22 mois contre 53,95 ; P 
  • Dans l’ensemble, les antécédents de cancer sont associés à une SG moins élevée dans 51,4 % des cas, à une SG plus élevée dans 32,3 % des cas et ne présentent aucune association significative dans 16,3 % des cas. 

Limites

  • Aucune donnée concernant le type et le stade de la tumeur cancéreuse antérieure, ni le traitement suivi.
  • Étude rétrospective.