CPNPC : les patients âgés démontrent une résilience dans les essais cliniques sur les anticorps anti-PD-1/PD-L1

  • Marur S & al.
  • Semin Oncol
  • 31 oct. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans des essais cliniques portant sur des anticorps inhibant la mort cellulaire programmée (inhibant PD-1) ou inhibant le ligand de mort cellulaire programmée (inhibant PD-L1) chez des patients atteints d’un CPNPC avancé ou métastatique, les patients âgés ont obtenu des bénéfices en termes de survie comparables à ceux des patients plus jeunes et ont présenté une incidence plus faible d’événements indésirables (EI) de grades 3–4.

Pourquoi est-ce important ?

  • Environ 70 % des nouveaux cas de cancer du poumon concernent des patients âgés de 65 ans ou plus.

Protocole de l’étude

  • Analyse combinée de quatre essais cliniques portant sur des anticorps inhibant PD-1/PD-L1 visant à évaluer les résultats de survie chez les patients plus âgés atteints d’un CPNPC métastatique.
  • Population de l’étude : 2 824 patients atteints d’un CPNPC dont la maladie avait progressé pendant/à la suite de l’administration d’un traitement à base de platine.
  • Tous les patients ont été affectés de manière aléatoire à un inhibiteur de PD-1/PD-L1 ou à du docétaxel.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Le RR multivarié corrigé pour la SG était de 0,68 (IC à 95 % : 0,62–0,75) dans la population globale (n = 2 824), de 0,69 (IC à 95 % : 0,61–0,79) chez ceux âgés de moins de 65 ans (n = 1 620) et de 0,67 (IC à 95 % : 0,54–0,82) chez ceux âgés de plus de 70 ans (n = 664).
  • Incidence des EI émergeant du traitement de grades 3–4 : 23 % chez les patients âgés de 75 ans ou plus contre 47 % chez les patients âgés de moins de 65 ans et 49 % chez ceux âgés de 65 ans ou plus.
  • Les taux d’interruption du traitement liée à des EI étaient similaires entre les groupes : interruption du traitement (75 ans ou plus : 5 % ; moins de 65 ans : 7 % ; 65 ans ou plus : 7 %).

Limites

  • Données rétrospectives.