CPNPC : les événements indésirables immunitaires dus aux IPCI présagent une meilleure SG

  • Clin Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un CPNPC qui ont présenté des événements indésirables immunitaires (EII) dus à des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI) ont obtenu une meilleure SG, une meilleure SSP et un meilleur taux de réponse objective (TRO) que les patients sans EII.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le diagnostic précoce des EII pourrait permettre de prolonger la durée du traitement par IPCI.

Protocole de l’étude

  • 270 patients atteints d’un CPNPC ont été traités avec au moins un IPCI.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 89,3 % des patients ont reçu un anticorps anti-PD1 et 94,1 % ont reçu une chimiothérapie avant les IPCI.
  • 45,9 % ont présenté un EII de tout grade.
  • 20 % des patients avec des EII ont présenté une dysfonction thyroïdienne ; les autres EII comprenaient les suivants : éruptions cutanées, colite, hépatite, affections endocriniennes, pneumopathie inflammatoire et néphrite.
  • Les patients présentant des EII ont obtenu une SG médiane plus longue (RR : 0,29 ; IC à 95 % : 0,18–0,46) et une SSP médiane plus longue (RR : 0,42 ; IC à 95 % : 0,32–0,57), comparativement à ceux sans EII.
  • Les patients présentant des EII ont également obtenu un meilleur TRO (22,9 % contre 5,7 % ; P 

Limites

  • Étude rétrospective.