CPNPC : la SABR permet d’obtenir une SSC similaire à la chirurgie, mais une moins bonne SG

  • Spencer KL & al.
  • Eur Respir J
  • 11 janv. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie stéréotaxique d’ablation (Stereotactic Ablative Radiotherapy, SABR) a permis d’obtenir la même survie spécifique au cancer (SSC) qu’une résection chirurgicale, chez les patients atteints d’un CPNPC de stade I, mais une moins bonne SG à deux ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les essais contrôlés randomisés comparant la chirurgie et la SABR ont rencontré des difficultés pour recruter des participants, et d’autres études comparant les deux approches présentent souvent un biais de sélection et des facteurs de confusion non observés.

Protocole de l’étude

  • Une analyse en intention de traiter a été réalisée.
  • 468 patients atteints d’un CPNPC de stade I ont fait l’objet d’une résection chirurgicale (n = 316), d’une SABR (n = 99) ou d’une radiothérapie fractionnée conventionnelle (Conventionally Fractionated Radiotherapy, CFRT ; n = 53).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Parmi les patients chirurgicaux, 84,8 % ont fait l’objet d’une lobectomie et 15,2 % d’une résection sous-lobaire.
  • La SG à 2 ans était meilleure avec une chirurgie qu’avec une SABR ou une CFRT (79,8 % contre 58,6 % et 54,7 %, respectivement).
  • Après l’exclusion des patients sans tumeur confirmée avant le traitement, la SABR et la CFRT étaient associées à une moins bonne SG, comparativement à la chirurgie (RRc pour la SABR : 1,696 ; IC à 95 % : 1,130–2,545 ; RRc pour la CFRT : 2,232 ; IC à 95 % : 1,385–3,598).
  • Après l’exclusion des patients sans tumeur confirmée avant le traitement, la SSC (RRc : 2,281 ; IC à 95 % : 1,204–4,319) et la survie liée au cancer et au traitement (RRc pour la SLCT : 2,018 ; IC à 95 % : 1,004–4,055) étaient significativement moins bonnes avec une CFRT, comparativement à la chirurgie, mais pas avec une SABR.
  • La SABR et la CFRT étaient associées à une mortalité non liée au cancer significativement plus importante (RR de sous-distribution [RRS] : 2,161 ; P 

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.