CPNPC : la reprise du traitement par anti-PD-L1 est possible après des EI immunitaires

  • Santini FC & al.
  • Cancer Immunol Res
  • 10 juil. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La reprise du traitement par anti-mort cellulaire programmée de type 1/ligand 1 (Anti-programmed Cell Death 1/Ligand 1, anti-PD-1/PD-L1) dans le cadre du CPNPC avancé est sûre chez les patients dont le traitement initial par anti-PD-L1 a été interrompu en raison d’événements indésirables immunitaires (EIi).
  • La reprise du traitement des patients n’ayant pas obtenu de réponse partielle (RP) avant l’interruption liée aux EIi était associée à une amélioration de la SG et de la SSP.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations actuelles indiquent d’arrêter définitivement le traitement après la plupart des EIi de grades 3–4, mais elles se basent sur le consensus d’experts et des expériences anecdotiques.

Protocole de l’étude

  • 68 patients atteints d’un CPNPC avancé et recevant un traitement par anti-PD-1/PD-L1 ont interrompu leur traitement en raison d’un EIi.
  • 38 ont repris le traitement après la résolution des EI (groupe reprise du traitement) et 30 n’ont pas repris le traitement (groupe interruption).
  • Financement : Centre de lutte contre le cancer Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center) et autres.

Principaux résultats

  • Le délai médian entre l’EIi et la reprise du traitement était de 32 jours.
  • 48 % des patients du groupe reprise du traitement n’ont présenté aucun EIi ultérieur après la reprise du traitement, 26 % ont présenté une récidive de l’EIi initial, et 26 % ont présenté un nouvel EIi.
  • 60 % des EIi nouveaux/récidivants survenus dans le groupe reprise du traitement étaient gérables et de grades 1 et 2 (85 % se sont résolus ou se sont améliorés jusqu’à un grade 1).
  • Chez les patients sans RP avant la détection de l’EIi, la reprise du traitement était associée à une meilleure SSP (RR : 0,56 ; IC à 95 % : 0,3–1,03) et à une meilleure SG (RR : 0,45 ; IC à 95 % : 0,21–1,0).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.