CPNPC : la CTVA est-elle aussi efficace que la thoracotomie ?

  • Boffa DJ & al.
  • J Clin Oncol
  • 23 mai 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La lobectomie par chirurgie thoracique vidéoassistée (CTVA) effectuée par des chirurgiens thoraciques homologués engendre des taux de mortalité similaires à la thoracotomie chez les patients atteints d’un CPNPC de stade I.

Pourquoi est-ce important ?

  • Certaines études avaient suggéré que la CTVA était plus susceptible que la thoracotomie de manquer les métastases ganglionnaires occultes à la radiographie, laissant un cancer résiduel chez les patients.

Protocole de l’étude

  • Données provenant de la base de données de chirurgie thoracique générale de la Société de chirurgiens thoraciques (Society of Thoracic Surgeons).
  • 10 597 patients atteints d’un CPNPC de stade I ont fait l’objet d’une lobectomie par thoracotomie (n = 4 448) ou par CTVA (n = 6 149) entre 2002 et 2013.
  • Financement : Agence pour la recherche et la qualité en matière de soins de santé (Agency for Healthcare Research and Quality).

Principaux résultats

  • Entre 2002 et 2008, la CTVA n’a pas été associée à un risque accru de mortalité, par rapport à la thoracotomie (RR : 0,97 ; IC à 95 % : 0,87–1,09), et entre 2009 et 2013, la CTVA a été associée à une meilleure survie, par rapport à la thoracotomie (RR : 0,84 ; IC à 95 % : 0,75–0,93).
  • Après un appariement par scores de propension des patients entre 2009 et 2013, la survie à quatre ans était légèrement meilleure dans le groupe CTVA, mais cette différence n’était pas statistiquement significative (68,6 % contre 64,8 % ; P = 0,003).
  • Entre 2008 et 2013, le traitement adjuvant était plus courant chez les patients ayant fait l’objet d’une thoracotomie, par rapport à ceux ayant fait l’objet d’une CTVA (16,3 % contre 13,8 % ; P 

Limites

  • Aucune donnée sur la mortalité spécifique au cancer.
  • L’étude n’impliquait que des patients âgés de plus de 65 ans.