CPNPC : la CTVA est associée à une moins bonne qualité de vie à long terme que la thoracotomie

  • Clin Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) qui ont fait l’objet d’une résection pulmonaire par chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA) mini-invasive ont rapporté une moins bonne qualité de vie (QdV) liée à la santé à long terme que les patients ayant fait l’objet d’une thoracotomie.

Pourquoi est-ce important ?

  • La CTVA est considérée comme le traitement de référence du CPNPC de stade précoce ; il a été démontré qu’elle permet d’obtenir des résultats oncologiques similaires à ceux de la thoracotomie, avec un taux moins important de morbidité/mortalité postopératoires.

Protocole de l’étude

  • 180 patients atteints d’un CPNPC ont fait l’objet d’une CTVA (n = 92) ou d’une thoracotomie (n = 88).
  • Le questionnaire a été envoyé en juillet 2011 aux patients ayant fait l’objet d’une chirurgie entre janvier 2006 et juin 2009, et en mai 2016 aux patients traités entre juillet 2009 et janvier 2013.
  • La durée de suivi minimale était de deux ans.
  • Financement : Association finlandaise de lutte contre la tuberculose ; autres.

Principaux résultats

  • À l’inclusion, les comorbidités et la fonction pulmonaire étaient similaires entre les deux groupes.  
  • Les patients du groupe CTVA étaient plus susceptibles de présenter un adénocarcinome (81,5 % contre 59,1 % ; P = 0,006) ou d’avoir fait l’objet d’un prélèvement d’un nombre moins important de stations ganglionnaires (P = 0,004).
  • La durée moyenne de l’hospitalisation était plus courte dans le groupe CTVA (6,4 contre 8,7 jours ; P = 0,001).
  • Les patients ayant fait l’objet d’une CTVA ont obtenu des scores significativement moins élevés pour les dimensions suivantes : la respiration (0,637 contre 0,719 ; P = 0,030), la parole (0,942 contre 0,973 ; P = 0,046), les activités habituelles (0,746 contre 0,821 ; P = 0,030), la fonction mentale (0,818 contre 0,917 ; P = 0,001), la vitalité (0,767 contre 0,824 ; P = 0,049) et la QdV globale (0,809 contre 0,851 ; P = 0,028).

Limites

  • Protocole rétrospectif.