CPNPC : l’osimertinib s’avère supérieur à l’association de platine et de pémétrexed dans le traitement des lésions du SNC

  • Wu YL & al.
  • J Clin Oncol
  • 30 juil. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’osimertinib était plus efficace que l’association de platine et de pémétrexed dans le traitement des métastases du système nerveux central (SNC), chez les patients atteints d’un CPNPC avancé avec mutation du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) et ayant progressé après un traitement de première intention par inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) de l’EGFR.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études suggèrent que les ITK-EGFR de première et deuxième génération ne peuvent pas traverser la barrière hémato-encéphalique et sont donc largement inefficaces dans le traitement des métastases du SNC.

Protocole de l’étude

  • Analyse programmée des sous-groupes de l’essai de phase III, en ouvert, randomisé AURA3.
  • 116 patients atteints d’un CPNPC avancé avec mutation de l’EGFR et de lésions mesurables et/ou non mesurables du SNC, ayant présenté une progression de la maladie après un traitement de première intention par ITK-EGFR, ont reçu de l’osimertinib (n = 75) ou l’association de platine et de pémétrexed (n = 41).
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse objective (TRO) au niveau du SNC chez les patients présentant au moins une lésion mesurable du SNC était significativement meilleur avec l’osimertinib qu’avec l’association de platine et de pémétrexed (70 % contre 31 % ; RC : 5,13 ; IC à 95 % : 1,44–20,64).
  • Le TRO au niveau du SNC chez les patients présentant des lésions mesurables et/ou non mesurables du SNC était significativement meilleur avec l’osimertinib (40 % contre 17 % ; RC : 3,24 ; IC à 95 % : 1,33–8,81).
  • La durée médiane de la réponse au niveau du SNC, chez les patients présentant des lésions mesurables et/ou non mesurables du SNC, était de 8,9 mois (IC à 95 % : 4,3–non calculable) pour l’osimertinib, par rapport à 5,7 mois (IC à 95 % : 4,4–5,7) pour l’association de platine et de pémétrexed.
  • La SSP médiane au niveau du SNC était significativement plus longue avec l’osimertinib (11,7 contre 5,6 mois ; RR : 0,32 ; IC à 95 % : 0,15–0,69).

Limites

  • Échantillon de petite taille.