CPNPC : l’indice de performance ECOG prédit les résultats des IPCI chez les patients âgés

  • Muchnik E & al.
  • J Am Geriatr Soc
  • 30 janv. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients de 70 ans ou plus traités à l’aide d’inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (IPCI) et ayant un indice de performance de l’Eastern Cooperative Oncology Group (IP ECOG) supérieur ou égal à 2 ont obtenu une SG et un délai jusqu’à l’échec du traitement (Time to Treatment Failure, TTF) défavorables, comparativement aux patients avec un IP ECOG de 0 ou 1.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’efficacité des IPCI semble dépendre de l’IP plutôt que de l’âge ou de la morbidité.
  • La majorité des patients inclus dans les essais cliniques sur les IPCI avaient moins de 65 ans ; il existe donc très peu de données concernant l’efficacité et la toxicité des IPCI chez les patients plus âgés.

Protocole de l’étude

  • 75 patients de 70 ans ou plus, atteints d’un CPNPC avancé, ont fait l’objet d’un traitement par IPCI entre avril 2015 et avril 2017.
  • Financement : Institut de cancérologie Wilmot (Wilmot Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Le traitement par IPCI était à base de nivolumab pour 87 % des patients, et il s’agissait d’un traitement de deuxième intention dans 69 % des cas.
  • 71 % des patients sont décédés.
  • Les patients ayant un IP ECOG de 0 ou 1 ont obtenu une meilleure SG médiane et un meilleur TTF médian, comparativement à ceux ayant un IP ECOG supérieur ou égal à 2 (13,7 mois contre 3,8 [P 
  • À l’analyse multivariée, un IP ECOG supérieur ou égal à 2 était associé à un risque de mortalité plus élevé (RRa : 3,0 ; P 
  • 36 % des patients ont obtenu une réponse partielle ; aucun n’a obtenu de réponse complète.
  • Dans l’ensemble, 37 % des patients ont présenté au moins un événement indésirable immunitaire ; 8 % ont présenté au moins un événement indésirable immunitaire de grade supérieur ou égal à 3.

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.