CPNPC : l’efficacité du pembrolizumab s’avère supérieure à celle de la chimiothérapie à un seuil inférieur d’expression de PD-L1

  • Mok TSK & al.
  • Lancet
  • 4 avr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le pembrolizumab en monothérapie a permis d’obtenir un bénéfice de survie, avec une toxicité plus faible qu’une chimiothérapie standard, chez des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) localement avancé ou métastatique, non préalablement traité, et présentant un score de proportion tumorale (SPT) supérieur ou égal à 1 % pour le ligand 1 de mort programmée (Programmed Death Ligand 1, PD-L1).
  • L’efficacité du pembrolizuamb augmentait parallèlement au SPT.

Pourquoi est-ce important ?

  • La FDA s’est appuyée sur cette étude pour baisser le seuil du SPT de 50 % ou plus à 1 % ou plus pour le CPNPC de stade III.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III randomisé et international KEYNOTE-042 a été mené.
  • 1 274 patients atteints d’un CPNPC localement avancé ou métastatique et présentant un SPT supérieur ou égal à 1 % pour PD-L1 ont reçu un traitement de première intention composé de pembrolizumab en monothérapie (n = 637) ou d’une chimiothérapie à base de platine (n = 637).
  • Financement : MSD.

Principaux résultats

  • Le pembrolizumab a permis d’obtenir une amélioration significative de la SG, comparativement à la chimiothérapie (SPT supérieur ou égal à 50 % : RR de 0,69 [P = 0,0003] ; SPT supérieur ou égal à 20 % : RR de 0,77 [P = 0,0020] ; et SPT supérieur ou égal à 1 % : RR de 0,81 [P = 0,0018]).
  • La SG médiane était plus longue avec le pembrolizumab, comparativement à la chimiothérapie (SPT supérieur ou égal à 50 % : 20 contre 12,2 mois ; SPT supérieur ou égal à 20 % : 17,7 contre 13,0 mois ; SPT supérieur ou égal à 1 % : 16,7 contre 12,1 mois).
  • Des taux plus faibles d’événements indésirables de tout grade liés au traitement (63 % contre 90 %) et de toxicités de grade supérieur ou égal à 3 (18 % contre 41 %) ont été rapportés avec le pembrolizumab.

Limites

  • Essai mené en ouvert.