CPNPC : l’effet des stéroïdes à l’inclusion sur les IPCI dépend des indications palliatives

  • Ricciuti B & al.
  • J Clin Oncol
  • 17 juin 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une indication palliative liée au cancer pour les corticostéroïdes à l’inclusion pourrait être un facteur de mauvais résultats avec les inhibiteurs des points de contrôle immunitaire (IPCI). 

Pourquoi est-ce important ?

  • Une précédente recherche a montré que les corticostéroïdes utilisés à l’inclusion ont réduit l’efficacité des IPCI, mais ces résultats suggèrent que l’utilisation de stéroïdes pourrait être appropriée chez certains patients.

Protocole de l’étude

  • 650 patients recevant une thérapie par IPCI pour un CPNPC avancé, et au moins 10 mg d’équivalent prednisone dans les 24 heures suivant l’immunothérapie (n = 93) ou 0 à moins de 10 mg d’équivalent prednisone avant l’immunothérapie (n = 557), ont été analysés.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’administration d’au moins 10 mg de prednisone a été associée à un taux de réponse objective significativement plus faible (P = 0,04) et à une SSP médiane (P = 0,01) et une SG médiane (P 
  • Les patients recevant au moins 10 mg de prednisone pour des indications palliatives de cancer ont présenté une SSP médiane et une SG significativement plus courtes (1,4 mois et 2,2 mois, respectivement), par rapport à ceux recevant :
    • au moins 10 mg de prednisone pour des indications sans lien avec le cancer (4,6 mois, 10,7 mois ; P 
    • 0 à moins de 10 mg de prednisone (3,4 mois, 11,2 mois ; P 
  • Aucune différence significative n’a été observée en termes de résultats avec des doses d’au moins 10 mg de prednisone pour des indications sans lien avec le cancer, par rapport aux doses de 0 à moins de 10 mg.
  • L’administration d’au moins 10 mg de prednisone pour des indications palliatives de cancer était significativement associée à une mortalité accrue (rapport de risque corrigé [RRc] : 1,60 ; P = 0,02).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.