CPNPC : l’association chimiothérapie et immunothérapie en première intention s’avère supérieure dans une méta-analyse

  • Liang H & al.
  • Int J Cancer
  • 24 avr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement de première intention par inhibiteurs de la mort cellulaire programmée/du ligand de mort cellulaire programmée (Programmed Cell Death/Programmed Cell Death-Ligand, PD-1/L1) et chimiothérapie a permis d’obtenir de meilleurs résultats que chacun de ces traitements seuls, dans le cadre du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette méta-analyse vient combler un vide dû à l’absence de comparaisons directes.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse de 11 essais contrôlés randomisés menés auprès de 6 731 patients atteints d’un CPNPC avancé a été réalisée.
  • Financement : Programme national clé de recherche et de développement de Chine et autres.

Principaux résultats

  • Dans l’ensemble, les inhibiteurs de PD-1/L1 n’offraient aucun avantage en termes de SSP ou de SG, comparativement à la chimiothérapie.
  • Le traitement d’association a permis d’obtenir une amélioration de la SSP (RR : 0,64 ; IC à 95 % : 0,58–0,71) et de la SG (RR : 0,74 ; IC à 95 % : 0,62–0,89), comparativement à la chimiothérapie seule.
  • Le traitement d’association a permis d’obtenir une amélioration de la SSP (RR : 0,71 ; IC à 95 % : 0,51–0,99), mais pas de la SG, comparativement aux inhibiteurs de PD-1/L1 seuls.
  • Résultats selon les sous-groupes :
    • expression de PD-L1 inférieure à 1 % : le traitement d’association était supérieur en termes de SG (RR : 0,78 ; IC à 95 % : 0,67–0,90) et de SSP (RR : 0,72 ; IC à 95 % : 0,65–0,80), comparativement à la chimiothérapie ;
    • expression de PD-L1 supérieure ou égale à 50 % : le traitement d’association était supérieur à la chimiothérapie en termes de SG (RR : 0,61 ; IC à 95 % : 0,37–0,98) et de SSP (RR : 0,51 ; IC à 95 % : 0,43–0,62), mais il n’était supérieur aux inhibiteurs de PD-1/L1 qu’en termes de SG (RR : 0,47 ; IC à 95 % : 0,38–0,58).
  • Le nombre d’événements indésirables liés au traitement était plus important avec le traitement d’association.

Limites

  • La méthode d’évaluation de l’expression de PD-L1 n’était pas uniforme entre les différentes études.