CPNPC : l’administration de nivolumab après une progression de la maladie permet d’améliorer la SG

  • Ricciuti B & al.
  • Clin Lung Cancer
  • 27 févr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé préalablement traité, qui ont reçu du nivolumab après une progression, ont obtenu une SG significativement plus longue, comparativement à ceux ayant interrompu le traitement après une progression de la maladie, tel que mesuré par les critères d’évaluation de la réponse des tumeurs solides (RECIST) v1.1.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que de nouveaux critères sont nécessaires pour évaluer la réponse tumorale dans le cadre du CPNPC traité par immunothérapie.

Protocole de l’étude

  • 176 patients atteints d’un CPNPC récidivant ont reçu une monothérapie à base de nivolumab en deuxième intention ou en traitement ultérieur.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 34,1 % des patients ont été traités après la progression (TAP) pendant plus de 6 semaines, et 65,9 % n’ont pas été traités après la progression (NTAP).
  • La SG médiane était significativement plus longue dans le groupe TAP, comparativement au groupe NTAP (17,8 contre 3,7 mois ; P 
  • L’analyse jalon des patients évaluables, dont le point de départ était 6 semaines après la première progression, a identifié une amélioration de la SG médiane dans le groupe TAP (10,7 contre 3,4 mois ; RR : 0,48 ; P = 0,002).
  • 13,3 % des patients du groupe TAP ont présenté une réduction des lésions cibles (supérieure à 30 %), comparativement à l’inclusion.
  • L’arrêt du nivolumab lors de la première progression était associé à une réduction de la SG (RRc : 2,98 ; P 
  • L’incidence d’événements indésirables (EI) de tous grades était plus élevée dans le groupe TAP (60 % contre 39,6 %), mais aucune différence significative n’a été observée au niveau des EI de grade supérieur ou égal à 3 entre les deux groupes.

Limites

  • Étude rétrospective avec échantillon de petite taille pour la population TAP.