CPNPC EGFR+ : le pémétrexed obtient des résultats positifs dans le cadre des métastases leptoméningées

  • Clin Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La présence de pémétrexed dans les schémas chimiothérapeutiques est associée à une survie plus longue chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) à récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) positif avec des métastases leptoméningées (ML).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études suggèrent que l’incidence de ML est plus élevée dans le cadre de la maladie avec mutation de l’EGFR, comparativement à la maladie avec EGFR de type sauvage.

Protocole de l’étude

  • 631 patients atteints d’un CPNPC EGFR+ avancé ont été inclus.
  • Financement : ministère de la Santé et des Affaires sociales, République de Corée.

Principaux résultats

  • 17,4 % des patients ont développé des ML.
  • Parmi les patients du groupe ML, 58,2 % étaient des femmes, 62,6 % n’avaient jamais fumé et 94,5 % présentaient un adénocarcinome.
  • Le délai médian entre le diagnostic du cancer du poumon et la survenue des ML était de 14,4 mois.
  • Des ML étaient présentes au moment du diagnostic du cancer du poumon chez 14,5 % des patients.
  • 51,8 % des patients présentant des ML ont reçu un traitement par chimiothérapie systémique après le diagnostic de ML.
    • Parmi eux, 17,3 % ont reçu du pémétrexed et 40 % des ITK de l’EGFR.
  • La SG médiane post-ML était significativement plus longue chez les patients ayant reçu du pémétrexed après le diagnostic de ML, comparativement aux patients n’ayant pas reçu de pémétrexed (13,7 contre 4,0 mois ; P = 0,008), ainsi que chez les patients ayant reçu des ITK après le diagnostic de ML (16,9 contre 3,0 mois ; P 
  • L’administration de pémétrexed (RR : 3,1 ; P = 0,002) et d’ITK (RR : 3,0 ; P = 0,001) après le diagnostic de ML prédisait une meilleure SG post-ML.

Limites

  • Étude rétrospective.