CPNPC : des marqueurs auto-immuns prédisent un bénéfice plus important des anti-PD-1, mais davantage d’EI

  • Toi Y & al.
  • JAMA Oncol
  • 27 déc. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Suite à un traitement par nivolumab ou pembrolizumab en monothérapie, les patients atteints d’un CPNPC avancé ayant des anticorps pré-existants pour le facteur rhumatoïde, des anticorps antinucléaires, des anticorps antithyroglobuline ou des anticorps antithyroperoxydase présentaient des résultats significativement supérieurs, mais aussi un risque accru d’événements indésirables immunitaires (EI-i), par rapport aux patients qui n’avaient aucun de ces anticorps.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces marqueurs auto-immuns peuvent contribuer à déterminer le rapport risque/bénéfice du traitement anti-protéine de mort cellulaire programmée 1 (antiProgrammed cell Death protein 1, anti-PD-1).

Protocole de l’étude

  • 137 patients atteints d’un CPNPC avancé ont reçu une du nivolumab (n = 99) ou du pembrolizumab (n = 38) en monothérapie.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Après le traitement, les patients possédant l’un de ces anticorps pré-existants présentaient un taux de réponse objective (52 % contre 13 % ; P 
  • La SG médiane était plus longue (17,6 contre 14,6 mois).
  • Les anticorps pré-existants prédisaient un risque plus faible de progression de la maladie ou de décès (RR : 0,53 ; P = 0,002).
  • Les EI-i étaient significativement plus fréquents en présence de tout anticorps pré-existant qu’en l’absence de ces anticorps (60 % contre 32 % ; P = 0,002).
  • Après une analyse multivariée, la présence de tout anticorps était associée de manière indépendante aux EI-i (RC : 3,25 ; P = 0,001).
  • Les réactions cutanées étaient plus fréquentes avec un facteur rhumatoïde pré-existant (47 % contre 24 % ; P = 0,02) ; un dysfonctionnement thyroïdien était plus fréquent avec des anticorps antithyroïdiens pré-existants (20 % contre 1 % ; P 
  • Limites

    • Étude rétrospective monocentrique.