CPNPC avancé : le génotype de l’EGFR est lié aux résultats de l’osimertinib

  • Igawa S & al.
  • Cancer Manag Res
  • 1 janv. 2019

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé T790M positif avec une résistance aux inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) de première intention, le génotype de l’EGFR de délétion de l’exon 19 est lié à de meilleurs résultats avec l’osimertinib de deuxième intention, par rapport au génotype de la mutation ponctuelle de L858R.
  • La délétion de l’exon 19 est liée à un meilleur taux de réponse et à une SSP et une SG plus élevées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les différences d’efficacité basées sur le génotype dans le cadre du CPNPC avancé résistant aux ITK n’ont jamais été clarifiées par le passé, déclarent les auteurs.

Principaux résultats

  • 29/51 patients ont présenté une réponse objective (58,8 % ; IC à 95 % : 42,3–75,3 %) ; cependant, le taux était de : 
    • 69,7 % (50,0–89,4 %) avec délétion de l’exon 19, contre
    • 38,9 % (18,0–59,7 %) avec L858R (P = 0,033).
  • Pour l’ensemble du groupe, la SSP médiane était de 7,8 mois (IC à 95 % : 6,7–8,9), et la SG médiane était de 15,5 mois (10,0–21,0).
  • SSP médiane par génotype :
    • 8,0 mois (6,4–9,6) avec délétion de l’exon 19, contre
    • 5,2 mois (3,5–6,9) avec L858R (P = 0,045). 
  • SG médiane par génotype :
    • 19,8 mois (13,0–26,6) avec délétion de l’exon 19, contre
    • 12,9 mois (1,9–23,9) avec L858R (P = 0,0015).
  • La délétion de l’exon 19 a prédit de manière indépendante une SSP et une SG favorables. 

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte prospective observationnelle a été menée (n = 51 ; 65 % de femmes ; âge médian : 71 ans ; 33 avec délétion de l’exon 19), portant sur le traitement par osimertinib, entre mai 2016 et octobre 2018.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Population asiatique uniquement.
  • Petite cohorte monocentrique.
  • Les groupes de génotype diffèrent dans certaines caractéristiques.