CPNPC avancé : l’ajout de la chimiothérapie aux IPCI améliore l’efficacité en première intention

  • Lung Cancer

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé, l’ajout de la chimiothérapie aux inhibiteurs des points de contrôle immunitaire (IPCI), en particulier le pembrolizumab ou l’atézolizumab, améliore l’efficacité en traitement de première intention.
  • L’augmentation de l’efficacité est la plus marquée dans le cas d’une maladie non épidermoïde. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs de cette méta-analyse en réseau (MAR) de 12 études de phase III indiquent que les résultats envoient un « message très fort » confirmant de nouvelles normes de soins basées sur des données probantes pour le CPNPC avancé.

Principaux résultats

  • Concernant la SG, 10 études ont comparé différentes combinaisons et la chimiothérapie seule : rapports de risque [RR] combinés (IC à 95 %) :
    • chimiothérapie et pembrolizumab : RR combiné de 0,54 (0,46–0,64) ;
    • chimiothérapie et atézolizumab (avec/sans bévacizumab) : 
      • RR estimé par la MAR de 0,75 (0,59–0,94) ;
      • RR combiné de 0,85 (0,75–0,95) ;
    • monothérapie par pembrolizumab : RR de 0,81 (0,71–0,93).
  • La MAR a estimé que l’association pembrolizumab et chimiothérapie était plus efficace que toutes les autres options : RR de 0,51–0,72.
  • Les analyses par sous-type histologique ont montré des résultats similaires en termes de SG, favorisant l’association pembrolizumab et chimiothérapie, comme l’ont fait les analyses par statut PD-L1 (supérieur ou égal à 50 %, inférieur à 1 %, 1 % inférieur ou égal à PD-L1 inférieur ou égal à 49 %).
  • Concernant la SSP, le critère d’évaluation principal pour les mêmes groupes/sous-ensembles favorisait également en grande partie le pembrolizumab ou l’atézolizumab associé à la chimiothérapie.

Protocole de l’étude

  • Une MAR a été réalisée, portant sur des données publiées issues de 12 essais cliniques sur les IPCI avec/sans chimiothérapie (15 études ou présentations publiées), incluant 9 236 patients atteints d’un CPNPC.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Les MAR impliquent certaines comparaisons indirectes et requièrent une interprétation prudente.