CPNPC avancé : le carboplatine est non inférieur au cisplatine à une dose supérieure

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • En cas d’association avec la gemcitabine, le carboplatine n’est pas inférieur au cisplatine à une dose de 80 mg/m2 en tant que traitement de première intention du CPNPC, mais a été associé à un nombre nettement plus important d’événements indésirables.
  • Le cisplatine à une dose de 50 mg/m2 a engendré une survie nettement inférieure à la dose supérieure.

Pourquoi est-ce important ?

  • La dose inférieure de cisplatine (50 mg/m2) est fréquemment utilisée au Royaume-Uni.

Conception de l’étude

  • Essai de phase III randomisé, multicentrique et à bras multiples.
  • 1 363 patients atteints d’un CPNPC ont reçu l’association gemcitabine + cisplatine 80 mg/m2 (GC80 ; n = 456), du cisplatine 50 mg/m2 (GC50 ; n = 454) ou du carboplatine ASC6 (GCb6 ; n = 453).
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; Eli Lilly and Company Ltd.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse était nettement inférieur dans le groupe GC50, par rapport aux autres groupes (20 % contre 29 % dans le groupe GC80 et 27 % dans le groupe GCb6).
  • La survie à un an était de 39 % pour les groupes GC80 et GCb6, mais seulement de 31 % pour le groupe GC50.
  • La durée de survie médiane sous GC50 était de 8,2 mois contre 9,5 mois sous GC80 et de 10,0 mois sous GCb6.
  • 60 % des patients du groupe GCb6 ont signalé au moins un événement indésirable de grades 3/4 contre 43 % des patients du groupe GC80 et 30 % du groupe GC50.

Limites

  • Étude réalisée avant l’analyse généralisée de mutations activant le récepteur du facteur de croissance épidermique et le gène de la kinase du lymphome anaplasique.