CPNPC ALK+ : un traitement initial par alectinib est supérieur au crizotinib dans un essai mené auprès d’une population d’origine ethnique exclusivement asiatique

  • Zhou C & al.
  • Lancet Respir Med
  • 10 avr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement initial par alectinib a permis d’obtenir une meilleure survie sans progression (SSP) et un meilleur taux de réponse objective (TRO) que le crizotinib, dans une étude portant sur des patients d’origine ethnique asiatique atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) positif pour la kinase du lymphome anaplasique (Anaplastic Lymphoma Kinase, ALK).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit du premier essai à comparer l’alectinib, à raison de 600 mg 2 fois par jour, au crizotinib, dans le cadre du CPNPC positif pour l’ALK, auprès d’une cohorte d’origine ethnique exclusivement asiatique.
  • Une étude antérieure, l’essai ALEX, a comparé les 2 traitements dans un sous-groupe de patients japonais, mais la dose d’alectinib était de 300 mg 2 fois par jour.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III ALESIA, randomisée et internationale, a été menée.
  • 187 patients atteints d’un CPNPC positif pour l’ALK, de stade IIIb–IV, ont reçu de l’alectinib (n = 125) ou du crizotinib (n = 62).
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche.

Principaux résultats

  • La SSP était significativement plus longue avec l’alectinib qu’avec le crizotinib (RR évalué par l’investigateur : 0,22 [P 
  • L’alectinib a permis d’obtenir un taux de réponse objective plus élevé (91 % contre 77 % ; P = 0,0095) et une durée de réponse plus longue (RR : 0,22 ; P 
  • L’alectinib a permis de réduire de manière significative le risque de progression dans le système nerveux central (SNC) en l’absence de progression antérieure en dehors du SNC, comparativement au crizotinib (RR spécifique à la cause : 0,14 ; IC à 95 % : 0,06–0,30).
  • Les événements indésirables (EI) de grade 3–5 (48 % contre 29 %) et les EI graves (26 % contre 15 %) étaient plus fréquents sous crizotinib.

Limites

  • Étude en ouvert avec des données de SG immatures.