CPNPC ALK+ : le brigatinib est supérieur au crizotinib en ce qui concerne la SSP dans l’essai ALTA-1L

  • Camidge DR & al.
  • N Engl J Med
  • 22 nov. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement de première intention par brigatinib a permis d’obtenir une SSP significativement plus longue et une meilleure réponse objective globale et intracrânienne que le crizotinib chez les patients atteints d’un CPNPC exprimant la kinase du lymphome anaplasique (Anaplastic Lymphoma Kinase, ALK) sans antécédent de traitement par inhibiteur de l’ALK.

Pourquoi est-ce important ?

  • La progression de la maladie au niveau du système nerveux central est fréquente chez les patients atteints d’un CPNPC exprimant ALK qui sont traités par crizotinib.

Protocole de l’étude

  • Essai ALTA-1L de phase III, international, randomisé et mené en ouvert.
  • 275 patients atteints d’un CPNPC exprimant l’ALK de stade avancé n’ayant jamais été traités par inhibiteurs de l’ALK ont reçu du brigatinib (n = 137) ou du crizotinib (n = 138).
  • Financement : Ariad Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • Le taux de SSP à 1 an était significativement meilleur avec le brigatinib qu’avec le crizotinib (67 % contre 43 % ; RR : 0,49 ; IC à 95 % : 0,33–0,74).
  • Le taux de réponse objective confirmée était plus élevé avec le brigatinib (71 % contre 60 % ; RC : 1,59 ; IC à 95 % : 0,96–2,62).
  • Le taux de réponse objective intracrânienne chez les patients atteints de métastases cérébrales à l’entrée dans l’étude était plus élevé avec le brigatinib (78 % contre 29 % ; RC : 10,42 ; IC à 95 % : 1,90–57,05).
  • Le taux de SG à 1 an était similaire entre les groupes.
  • Les événements indésirables de grade 3–5 étaient plus fréquents dans le groupe du brigatinib.
  • 35 patients du groupe du crizotinib sont passés au groupe du brigatinib en raison d’une progression de la maladie.

Limites

  • Les données sur la SG ont été biaisées par le changement de traitement des patients et l’utilisation d’autres inhibiteurs de la tyrosine kinase après l’essai.