CPNCm : l’abiratérone améliore la QdV chez les patients nouvellement diagnostiqués

  • Lancet Oncol

  • de Deepa Koli
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association d’acétate d’abiratérone, de prednisone et de thérapie par privation androgénique (TPA) chez les patients atteints d’un cancer de la prostate naïf de castration métastatique (CPNCm) à haut risque nouvellement diagnostiqué a démontré une amélioration du délai de progression jusqu’à la douleur la plus intense, des symptômes du cancer de la prostate, de la fatigue, du déclin fonctionnel ainsi que de la QdV liée à la santé globale.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’acétate d’abiratérone a amélioré la survie et la QdV liée à la santé chez ces patients et pourrait constituer une nouvelle option thérapeutique recommandée.

Conception de l’étude

  • Dans l’essai de phase III LATITUDE, 1 199 patients éligibles atteints d’un CPNCm à haut risque nouvellement diagnostiqué ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir une association de TPA, d’abiratérone et de prednisone (n = 597), ou une TPA et un placebo (n = 602).
  • Financement : Janssen Research & Development.

Principaux résultats

  • Le délai médian de progression jusqu’à la douleur la plus intense n’a pas été atteint dans les deux groupes ; l’abiratérone était supérieur après la comparaison des 25es centiles (RR : 0,63 ; P 
  • Le délai jusqu’à la fatigue la plus intense n’a pas été atteint dans les deux groupes (abiratérone par rapport au placebo ; RR pour le 25e centile : 0,65 ; P = 0,0001).
  • Le délai de détérioration du statut fonctionnel était plus long en cas de traitement par abiratérone (12,9 contre 8,3 mois ; RR : 0,85 ; P = 0,032).
  • Les scores du statut de santé et d’utilité du questionnaire EuroQol à cinq dimensions et cinq niveaux étaient meilleurs dans le groupe recevant l’abiratérone, par rapport au groupe recevant le placebo.

Limites

  • Il se peut que ces résultats ne soient pas généralisables à d’autres populations.
  • Certaines données de résultats liés aux patients étaient manquantes.