CPLF : Tabac chauffé : l’industrie cigarettière n’a (hélas !) pas dit son dernier mot

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Il existe clairement depuis 2012 un déclin des ventes de cigarettes en volume, très perceptible en France puisqu'il est de l'ordre de 10%, a souligné Bertrand Dautzenberg (Pitié-Salpêtrière). Ce déclin mondial qui inquiète fort l'industrie cigarettière l'a incitée à développer de nouveaux moyens d'entretenir le tabagisme plutôt que de le réduire comme cela semble être le cas avec la cigarette électronique. C'est dans ce contexte qu'elle a développé le tabac chauffé, un concept ancien qui s'est traduit à fin du siècle dernier par un flop commercial, et qu'elle a 'amélioré' récemment en chauffant le tabac, soit avec du charbon comme dans la chicha, soit avec une résistance électrique, ce qui permet de dégager du tabac une fumée que l'industrie appelle pudiquement 'émission de particules' que le fumeur inhalera. Trois tabacs chauffés sont actuellement notifiés à l'ANSES en France, avec pour objectif clairement avoué par les dirigeants de cette industrie de remplacer les cigarettes conventionnelles tout en développant une stratégie de communication laissant croire que ce tabac chauffé va réduire le risque lié au tabagisme.

Un véritable produit du tabac, au potentiel addictif majeur





La France en pionnière 'éclairée'